Ecoles d'ingénieurs et universités se mettent au regroupement.

Les business schools ne sont plus les seules à faire du regroupement, les écoles d’ingénieurs s’y mettent aussi. Il existe plus de 200 écoles d’ingénieurs en France, par conséquent, certaines promotions ne comptent que quelques dizaines de diplômés. Il est donc difficile pour ces écoles d’être visibles, même au niveau de l’Hexagone.

Certaines écoles se rapprochent pour des raisons stratégiques, comme Centrale Paris et Supélec, qui collaborent étroitement depuis plusieurs années. Les deux écoles font déjà recherche commune, conservant cependant des projets individuels. Elles ont également créé 4 chaires communes et prévoient de rejoindre bientôt le site de Saclay. «  Nous allons élaborer un plan quinquennal commun », indique aussi Alain Bravo, patron de Supélec.

Certaines universités se lancent également dans la course à la taille, dans l’espoir de mieux figurer dans les classements internationaux. Trois universités de Strasbourg ont d’abord entamées la course, donnant naissance à un ensemble de 42 000 étudiants et 2 700 professeurs et enseignants-chercheurs. C’est maintenant au tour des universités d’ Aix en Provence et de Marseille de se regrouper, et le mouvement ne fait que commencer. On parle du possible regroupement des universités lilloises qui formerait un géant de quelques 100 000 étudiants.

 

Cet article provient du journal Les Echos.

Ce contenu a été publié dans Actualités, Universités & Grandes Ecoles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *