Entreprises sociales : le futur des associations ?

Entreprises sociales : le futur des associations ?

source convergences2015.org

Au Royaume-Uni, certaines organisations caritatives et associations ont recours à l’entreprenariat social afin de faire face aux difficultés budgétaires. The Guardian révèle les objectifs et les enjeux de cette évolution. A l’heure où les associations françaises sont confrontées à la baisse des financements publics, s’agit-il d’une piste pour le milieu associatif de ce côté de la Manche ?

L’expérience du Migrant and Refugee Communities Forum

Au Royaume Uni, le Migrant and Refugee Communities Forum (Forum des populations migrantes et réfugiées) s’est lancé dans l’entrepreneuriat social il y a un an. Le Forum a pour objectif de promouvoir les droits des migrants et des réfugiés en développant des organisations communautaires durables favorisant l’intégration. Face aux restrictions budgétaires, deux projets étaient menacés d’être supprimés. L’organisation a contourné cette difficulté en transformant ces deux projets en entreprises sociales.

  • Le projet Dentist Study Buddy permet aujourd’hui aux professionnels de santé étrangers qui s’installent au Royaume-Uni de s’appuyer sur un forum en ligne et de partager des ressources.
  • Integrated Media UK est un projet plus récent. Il fournit des supports éducatifs et des formations sur les médias numériques et le secteur de la communication.

Quelques recommandations

Dans l’article « Social enterprise could rescue charities from cuts », Nick Micinski décrit la mise en place des deux projets « Dentist Study Buddy » et « Integrated Media UK » et analyse les enseignements tirés de ces deux expériences.

Fonder le projet sur l’expertise interne

Beaucoup d’associations et d’organisations caritatives tendent à mettre en place des activités rentables qui n’ont pas directement trait à leur cœur de métier. L’expérience du Migrant and Refugee Communities Forum montre au contraire que la démarche entrepreneuriale doit permettre à l’organisation de trouver en interne la connaissance et l’expertise nécessaires à la transformation du modèle économique d’un projet. L’entreprise sociale Dentist Study Buddy s’appuie ainsi sur un projet préexistant qui a apporté un soutien à plus de 3000 personnes pendant plus de 10 ans.

Mettre en place rapidement un projet pilote

Il est nécessaire de tester les projets d’entreprises sociales d’une association rapidement et, si possible, gratuitement ou à un coût le plus faible possible. Dans de grosses structures parfois conservatrices, c’est en effet la meilleure manière de convaincre de l’utilité du projet, puis de le développer et de le perfectionner.

Diversifier les sources de revenu

Trouver une source de revenu constante pour le projet Dentist Studdy Buddy s’est avérée être une tâche difficile car les membres de l’initiative avaient précédemment refusé de participer à des frais d’adhésion ou de réaliser des dons. L’expérience montre que la mise en place progressive d’une tarification, quand elle s’accompagne d’une restructuration du service rendu, facilite l’acceptation du nouveau modèle économique par les usagers et les bénéficiaires. Par ailleurs, les sources de revenus complémentaires, comme la publicité, ne doivent pas être négligées.

Les ‘clients’ ne sont pas des ‘usagers’.

Un organisme de bienfaisance voulant se transformer en entreprise sociale doit relever un défi : adopter une culture entrepreneuriale après avoir eu un mode de fonctionnement « caritatif ». Il est donc important de trouver un équilibre entre le bénéfice social apporté par le temps et les ressources consacrés aux clients et la rentabilité nécessaire de l’activité. Il s’agit donc de repenser la stratégie de service – de l’aide apportée à l’usager au service apporté au client – et d’y préparer les salariés et les bénévoles de l’organisation.

Ce contenu a été publié dans Actualités, Compétence, Talents d'Or, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *