Le redressement économique de la France passe aussi par les instituts Carnot

source : www.usinenouvelle.com

Par Alain Duprey, directeur général de l’Association des instituts Carnot

Le redressement économique de la France passe aussi par les instituts Carnot

 Le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg veut accélérer la diffusion des technologies dans les PME sur le territoire, en s’inspirant du modèle allemand des instituts Frauenhofer. Depuis 2006, la France a créé le réseau des instituts Carnot, qui facilite l’accès aux entreprises françaises à 34 structures de recherche publique. Un dispositif qui s’est imposé comme l’un des piliers du soutien national à l’innovation et l’une des clefs de la compétitivité de nos entreprises. Tribune d’Alain Duprey, directeur général de l’Association des instituts Carnot.

S’il existe aujourd’hui un consensus à propos des différentes options et projets politiques en faveur de la performance et de la relance de notre économie, c’est bien autour de l’innovation. Cette dernière est en effet considérée, non seulement comme le remède à la perte de compétitivité chronique de nos entreprises, mais encore comme la réponse aux nouveaux défis scientifiques et technologiques auxquels il semble que notre humanité toute entière doive faire face pour assurer son avenir : réchauffement climatique, nouveaux virus, vieillissement de la population et dépendance, crise énergétique, ressources alimentaires, et même crise de la dette, il n’est pas un enjeu de société qui ne trouve au moins un élément de réponse dans l’innovation.

C’est ainsi que la recherche, principal moteur de l’innovation même si elle n’en est pas le seul, est devenue l’objet de toutes les attentions et au centre de tous les projets de relance et de stimulation du développement économique.

S’il ne fallait qu’une preuve à cet intérêt : le niveau de la dépense publique de R&D qui, en pleine crise de la dette, était en hausse en 2011, et pour la troisième année consécutive, pour atteindre 28 milliards d’euros. Du jamais vu !

Pour que ces efforts profitent pleinement à notre économie et se transforment en investissements générateurs de croissance et d’emplois, l’idée est née, inspirée du système allemand des « Fraunhofers », de développer la recherche partenariale dans notre pays. C’est ainsi qu’est né le dispositif Carnot qui met à la disposition des entreprises françaises, quelle que soit leur activité ou leur taille, et depuis maintenant 7 ans, les capacités de la recherche publique dans un cadre structuré, encadré et professionnel.

« Etre un Carnot », c’est être reconnu non seulement pour son très haut niveau scientifique et son professionnalisme, mais aussi pour son engagement à développer une recherche partenariale de qualité qui saura prendre en compte les contraintes économiques et de marché propres aux entreprises.

Leur fonctionnement en réseau permet de développer des synergies entre les différents instituts Carnot mais aussi avec d’autres acteurs de la recherche. Ainsi, chaque  institut Carnot constitue, pour l’entreprise, une clé d’entrée à un réseau de compétences pluridisciplinaire et capable d’apporter des réponses à leurs enjeux d’innovation et de compétitivité.

« Mais n’est pas Carnot qui veut… » En 2012, il existe en France 34 structures de recherche publique labellisées « instituts Carnot » par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour une durée de 5 ans renouvelable, à l’issue d’un appel à candidatures très sélectif, portant non seulement sur la capacité de la structure à déployer une activité de recherche partenariale de qualité, mais encore sur ses résultats.

SORTIR DE LA CRISE PAR LE HAUT

Les instituts Carnot représentent aujourd’hui plus de la moitié de la recherche directe public-privé en France, avec un fort engagement en direction des PME et des ETI. Ce sont ainsi plusieurs milliers d’entreprises françaises qui bénéficient du soutien de nos meilleurs laboratoires pour concevoir, mettre au point et développer les innovations qui feront leur compétitivité et leurs performances de demain.

Et force est de constater que les résultats sont là, significatifs et bien visibles pour les entreprises qui ont pu, grâce à leurs contrats de recherche avec un institut Carnot, mettre au point un produit, un service ou un processus qui leur font gagner des parts de marché, améliorer leurs performances ou la qualité de leurs produits.

Quelques uns de ces résultats, les plus emblématiques et les plus expressifs de la diversité des domaines d’interventions des Carnot, ont été collectés et compilés dans un recueil intitulé « La Recherche pour les entreprises – 60 exemples de recherche partenariale » dont la première édition a été présentée en juin dernier à la communauté de la recherche, aux organisations professionnelles et aux entreprises ainsi qu’à la presse.

Fidèle à sa mission de faire le lien entre le monde de la recherche publique et celui de l’entreprise, le réseau des instituts Carnot organise également chaque année « Les Rendez-vous Carnot », une convention d’affaire géante qui réunit les acteurs de la recherche et innovation pour les entreprises et des milliers de décideurs d’entreprises qui viennent y « faire leurs courses » pour rencontrer les futurs partenaires qui les accompagneront dans leurs projets d’innovation.

Avec le dispositif Carnot, la France dispose d’un outil dont les performances et les résultats sont aujourd’hui à la hauteur de ceux des « Fraunhofers » de nos voisins allemands. Cet outil est sans doute l’un des meilleurs atouts de la France pour sortir « par le haut » de la crise, c’est-à-dire en innovant pour accroître tant les performances de nos entreprises que la valeur de nos produits.

Ce contenu a été publié dans Entreprise et mécénat, Innovation, Recherche, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *