Les régions veulent plus de pouvoir dans l’enseignement supérieur

Les régions veulent plus de pouvoir dans l’enseignement supérieur

Source News letter L’essentiel du Sup

La volonté des régions de s’imposer comme des acteurs décisifs de
l’enseignement supérieur est sans doute l’une des clés de compréhension les plus claires de l’actuel débat sur la loi portant sur l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche. À l’occasion de la réception de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche devant la commission en charge de l’enseignement supérieur de l’Association des régions de France son président, Laurent Beauvais (photo), s’est exprimé sur Educpros. Il
déclare ainsi vouloir devenir « de véritables partenaires, en participant aux orientations prises, ne plus être des sous-traitants ».
Les régions demandaient par exemple que des conventions régions/établissement
s’inscrivent dans les contrats que l’État va passer avec les établissements. « L’idée de signer un texte à trois ne semble pas être retenue, les présidents d’université y étant défavorables »,regrette-t-il. Dans les communautés d’université, il souhaite que les régions se voient reconnaitre leur place de « chef de file » des collectivités. Enfin, il reconnaît qu’il existe une « prudence du monde universitaire, qui ne veut pas aller trop loin avec les régions, de peur d’une forme de mise sous tutelle » et tient à préciser que ce n’est « pas du tout notre intention, ni notre volonté ».

Ce contenu a été publié dans Collectivités territoriales, Universités & Grandes Ecoles, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *