Le meilleur des Assises de la Philanthropie vu par Max Anghilante

Pour ceux qui n’ont pu venir, voici quelques interventions et réflexions notées (format tweet) pour vous:

Alain Frachon : l Etat n est pas le plus performant pour conduire des actions d interet general. secteur associatif lui a fait ses preuves.

L interet general n’est il qu une question de productivité des fonds alloues?

Quelle est la vision des jeunes de l interet general? Lisa buchter kim dahan leo mathey de sciencespo

Assises de la philanthropie / leo mathey bon debateur.

mise en place d une amnistie fiscale a vocation philanthropique?

odon vallet : l initiative privee, la philanthropie ne peut remplacer les pouvoirs publics

odon Vallet : les milliers de bourses versees aux etudiants ne lui conferent aucun droit de vue sur les etablissements soutenus

passer de l interet general a l impact social.

suppression de la reconnaissance d utilite publique?

j bremond fdation ensemble : reflechir a la mission de la fondation / confronter l envie du mecene aux besoins reels.

de la necessite d un reel controle des assos fondations et fds de dotation. Et d un controle de ce que fait l Etat ?

philippe durand : de la necessite d une clarification juridique, legal et fiscal de l interet general

de la necessite de publier le rapport Bachelier?

patrick gerschel philanthrope americain : l interet general, c est a l Etat de le determiner par les avantages fiscaux accordes

patrick gerschel : en matiere de philanthropie la France a 50 ans de retard. Raisonner en investisseur et non en tresorier ct

Hirsch : il faut investir dans le non profit comme on le fait dans le business, mais sans retour sur investissement financier

l’intérêt général est une co-construction qui nécessite une confiance entre les acteurs (P. Viveret)

L’Etat n’a pas le monopole de l’intérêt général : Martin Hirsch

xavier delsol : profiter du statut de fondation europeenne pour faire evoluer le statut de fondation utilite publique.

pour tondre, il faut flatter… Patrick gerschel (parlant des donateurs)

D Cohen : la plus-value de la philanthropie est d’avoir une capacité d’innovation que ne peut pas avoir l’Etat

hirsch : necessite de determiner doctrine qui definit ds quels cas les partenariats sont sains et qd ils sont frauduleux

Ce contenu a été publié dans Générosité philanthropie, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le meilleur des Assises de la Philanthropie vu par Max Anghilante

  1. Fourneret Anne-Laure dit :

    merci Max pour ce florilège très intéressant n’ayant pu m’y rendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *