Université Paris-Est recrute son futur président

Les enjeux actuels portent sur l’accroissement de la visibilité nationale et internationale d’UPE et sur le développement de ses forces de recherche et de la qualité de ses formations.

Véritable université confédérale, Université Paris-Est (UPE) est constituée de huit membres fondateurs :

École Nationale des Ponts et Chaussées (ENPC), Ecole Supérieure d’Informatique, Électronique et Électrotechnique (ESIEE Paris), Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR), École Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort (ENVA), Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne (UPEC) et Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEMLV)

et de douze membres associés :

Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), École des Ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP), Écoles Nationales Supérieures d’Architecture de Paris-Belleville, de Paris-Malaquais et de la Ville et des Territoires à Marne-la-Vallée, Établissement Français du Sang (EFS), Institut Technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement (FCBA), École Speciale des Travaux Publics, du Bâtiment et de l’Industrie (ESTP), Institut National de l’Audiovisuel (INA),  Institut  National de l’Information Géographique et Forestière (IGN), pôle de compétitivité Advancity (ville et mobilité durable), Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES).

Les enjeux de la phase actuelle portent sur l’accroissement de la visibilité nationale et internationale d’UPE et sur le développement de ses forces de recherche et de la qualité de ses formations par :

  • une carte cohérente des formations et des unités de recherche, à préparer en liaison avec tous les établissements, pour le prochain contrat quinquennal ;
  • une meilleure insertion des équipes de recherche des établissements d’UPE d’une part dans le territoire de l’est francilien et dans le système français de recherche et d’enseignement supérieur et, d’autre part, dans l’espace européen de la recherche ou dans des coopérations internationales ;
  • une montée en puissance de l’appui à la recherche partenariale, avec des outils de valorisation plus efficaces, et de l’appui au transfert vers les entreprises des acquis de la recherche ;
  • un renforcement de l’apport à UPE des organismes de recherche, des collectivités et associations, et des entreprises ;
  • l’attribution de moyens spécifiques renforçant l’attractivité des unités de recherche vis-à-vis de chercheurs, doctorants, post-doctorants et chercheurs invités inscrits dans des carrières internationales ;
  • un renforcement de la mutualisation d’actions entre les membres d’UPE, source d’une meilleure efficacité des moyens alloués.

Ces enjeux dessinent quelques caractéristiques souhaitées (mais non toutes exigibles) du futur président d’UPE :

  • avoir une expérience reconnue en matière de pilotage de la recherche ou de l’enseignement supérieur et une ouverture pluridisciplinaire lui permettant d’être un interlocuteur légitime aux yeux des chercheurs en sciences de la vie, en sciences de l’ingénieur et en sciences humaines et sociales ;
  • avoir une expérience reconnue en matière de gouvernance, de gestion financière et de gestion patrimoniale ;
  • avoir la capacité de piloter les évolutions d’UPE dans le cadre de la nouvelle loi sur l’enseignement supérieur et la recherche et de préparer et faire adopter les nouveaux statuts ;
  • avoir une capacité d’animation, de cohésion et de mobilisation des acteurs et partenaires d’UPE ;
  • avoir exercé des responsabilités de haut niveau dans une université, une école ou un organisme, et avoir une bonne connaissance de ces univers ;
  • disposer d’une bonne connaissance et d’une compréhension de l’espace européen de la recherche ;
  • avoir une bonne sensibilité aux questions de la ville et de l’environnement, de la santé, du développement durable et des questions de société ;
  • être un interlocuteur crédible vis-à-vis des ministères de tutelles des établissements fondateurs, notamment le MESR et le MEDDE, des collectivités territoriales et des entreprises.

Les auditions des candidats auront lieu le 29 mai 2013, et seront conduites par les présidents et directeurs des membres fondateurs pour désigner « d’un commun accord » une personnalité qualifiée membre du conseil (art. 5 des statuts) qui sera proposée au conseil d’administration pour être élue président.

Le mandat du nouveau président débutera au mois de septembre 2013, celui du président actuel arrivant à échéance. Ce mandat est d’une durée de 3 ans renouvelable et ne peut être inférieur à 2 ans.

Les candidatures seront confidentielles et ne seront portées à la connaissance que des huit présidents ou directeurs des membres fondateurs et des personnalités qualifiées participant aux auditions.

Les dossiers de candidature (lettre de motivation, projet pour Université Paris-Est, curriculum vitae) sont à envoyer à UPE (fatima.defreitas@univ-paris-est.fr) avant le 22 mai 2013.

Source univ-paris-est.fr

Ce contenu a été publié dans Actualités, Compétence, Grands Programmes Français, Talents d'Or, Universités & Grandes Ecoles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *