La nouvelle tranche des investissements d’avenir favorise l’industrie plus que l’université

Par Solène Davesne – Source usinenouvelle.com

Trains de cuves cataphorèse sur le site Usines Claas France de Woippy (Moselle).

© Usines Claas France

Pour cesser de ne parler que d’austérité et de trajectoire budgétaire, le gouvernement convoque de nouveau les investissements d’avenir. Cette nouvelle tranche ne commencera a être décaissée qu’à partir de 2016. A l’inverse du premier plan déclenché par le gouvernement précédent, il sert moins généreusement l’université et la recherche pour privilégier l’industrie et la transition énergétique.

Incontestablement, le limogeage de Delphine Batho la semaine dernière a pesé. En présentant le nouveau programme des investissements d’avenir (PIA) doté de 12 milliards d’euros, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a insisté sur « l’éco-compabilité » des choix d’investissement du gouvernement, plus de la moitié des projets étant consacrés « de façon directe ou indirecte » financer la transition écologique.

Sur l’enveloppe de 12 milliards d’euros sur dix ans, la recherche et les universités devraient en capter 3,65 milliards d’euros, en priorité pour prolonger le programme des initiatives d’excellence (IDEX), qui doivent permettre la création de campus de niveau mondial. Lors de la première vague des investissements d’avenir, 8 campus se sont partagé 7,7 milliards d’euros de dotations budgétaires.

L’industrie devrait capter 3,9 milliards d’euros, soit le tiers de l’enveloppe globale. Fragilisés par la baisse du budget de la défense, les industriels de la défense devraient bénéficier d’une enveloppe de 1,5 milliards d’euros pour doper leur « excellence technologique ». Le secteur aéronautique et spatial, déjà bien servi par la première vague des investissements d’avenir voit son enveloppe rallonger de 1,3 milliards d’euros supplémentaires. Le secteur de la santé hériterait de 400 millions d’euros, notamment pour lancer un nouvel appel à projet d’institut hospitalo-universitaire (IHU), où s’organisent les passerelles entre entreprises et recherche médicale.

Enfin 1,7 milliards d’euros devraient être affectés à « l’innovation pour une industrie durable ». « la robotisation, le déploiement des services sans contact, le développement d’une nouvelle génération de biocarburants, la constitution d’une vraie industrie des dispositifs médicaux, l’utilisation généralisée de réseaux intelligents » font partie des projets que le gouvernement entend soutenir, a listé le Premier ministre, lors de son discours à Jussieu.

Comme Arnaud Montebourg l’avait annoncé, le gouvernement devrait préciser en septembre les projets soutenus au sein de chaque filière industrielle. La transition énergétique et la rénovation thermique des bâtiments est la dernière grande enveloppe avec 2,3 milliards d’euros, confié pour moitié à l’Ademe. Le gouvernement entend aussi financer la rénovation thermique de 500 000 logements.

Mais le décaissement des 12 milliards d’euros annoncés n’est pas pour tout de suite. Car le processus de sélection des dossiers par appel d’offres prend du temps. Mais aussi parce que le programme d’investissement ne devrait monter en puissance qu’une fois l’enveloppe du premier PIA totalement décaissé. Ceci n’interviendra qu’en 2016. Cela laisse donc le temps au gouvernement de trouver les ressources financières. Les 12 milliards seront entièrement financés par des cessions de participations de l’Etat.

Solène Davesne

Ce contenu a été publié dans Grands Programmes Français, Industrie, Innovation, Recherche, Universités & Grandes Ecoles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La nouvelle tranche des investissements d’avenir favorise l’industrie plus que l’université

  1. Article très intéressant, le sujet est bien traité et pertinent!
    bonne continuation à vous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *