L'Université Laval vient de lancer la Chaire de recherche en droit sur la diversité et la sécurité alimentaires

UL

Le 8 avril dernier a eu lieu le lancement de la Chaire de recherche en droit sur la diversité et la sécurité alimentaires créée grâce à la contribution globale d’un million de dollars sur cinq ans de trois leaders de l’industrie agroalimentaire du Québec : l’Union des producteurs agricoles (UPA), la Financière agricole du Québec – Développement international (FADQDI) et la Coalition GO5.

Source : Droit-Inc, écrit par Agnès Rossignol


Cette nouvelle Chaire de l’Université Laval a pour mission de promouvoir la recherche et la diffusion des connaissances juridiques sur la sécurité alimentaire. « Elle aura pour effet de structurer le domaine du droit agroalimentaire au niveau local, national et international et de favoriser les maillages entre le milieu universitaire, le secteur agroalimentaire et gouvernemental », a annoncé le recteur de l’université, Denis Brière.

Un important réseau de collaborateurs et de partenaires développé par la titulaire, Geneviève Parent, travaillerons ensemble afin de répondre aux principaux objectifs de taille de la Chaire. Il s’agira notamment de contribuer à une réflexion continue et cohérente sur le droit de l’agroalimentaire et d’élaborer de nouveaux instruments juridiques nationaux et internationaux qui seront diffusées auprès des spécialistes et du grand public.

Elle appuiera également la formation d’étudiants dans des domaines liés à la diversité des produits et des modes de production agricoles et alimentaires, où du personnel hautement qualifié est très convoité.

Répondre aux enjeux agroalimentaires

Les enjeux du milieu agroalimentaire tels que la perte de l’agrobiodiversité, les crises alimentaires et la réciprocité des normes, ont des répercussions sur la diversité des denrées disponibles et sur la sécurité alimentaire.

« Pour assurer une sécurité alimentaire mondiale durable, il est impératif de s’interroger sur les moyens juridiques de promotion et de protection de la diversité des produits et des modes de production agricoles et alimentaires », a expliqué Mme Parent.

Les travaux de recherche devraient entraîner des retombées concrètes autant pour les trois partenaires financiers que pour les futurs diplômés et l’ensemble de la société.

« Ces travaux sont dans la mouvance de plusieurs initiatives internationales pour la cohérence dans l’élaboration du droit », a déclaré le président général de l’UPA, Marcel Groleau.

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *