Téléthon : la recherche sur les maladies rares concerne-t-elle tout le monde ?

L’AFM-Téléthon estime à 3 millions le nombre de Français atteints de maladies rares. Mais la recherche sur ces maladies débouche aussi sur des traitements pour des pathologies fréquentes.

Source lanouvellerepublique.fr

« Nous sommes capables de cultiver de la peau à partie de cellules souches pour faire des greffes de la peau, des cellules cardiaques qui battent d’elles-mêmes ou des réseaux de neurones qui communiquent entre eux « … Xavier Nissan est chargé de recherche à l’ I-Stem, un institut qui travaille sur les cellules souches depuis 2005. Il est en grande partie financé par le Téléthon.

Xavier Nissan est responsable de l’équipe  » maladies du vieillissement  » et il ne s’intéresse qu’aux maladies rares, celles qui ne sont pas rentables pour l’industrie pharmaceutique. En 2015, il sera en mesure de lancer des essais cliniques sur des maladies de la peau, des yeux et du cerveau… dont les enseignements pourraient aider la rechercher plus générale sur la DMLA, la maladie d’Alzheimer ou le traitement des grands brûlés.

Mais ces essais cliniques représentent un surcoût énorme pour notre budget de fonctionnement (jusqu’au million d’euros par projet et par an). Sans le Téléthon nous ne serions pas en mesure d’effectuer ces essais.

Extrapoler vers des maladies fréquentes permet à l’I-Stem de trouver des financements. « Des partenaires peuvent dès lors être intéressés et, contre une cession de droits pour la fabrication de médicaments, ils investissent dans nos laboratoires en contrepartie. « 

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *