#Hollande va recharger les #fonds du programme des #investissements d'avenir #PIA

François Hollande 05 03 15

Doté de 35 milliards d’euros à sa création, puis de 12 milliards en 2013, le Président François Hollande a annoncé le 12 mars dans l’Isère son intention d’abonder de nouveau le programme des investissements d’avenir en 2017. Restera à évaluer ce dispositif ambitieux qui résiste aux alternances et à la disette budgétaire.

Source : www.usinenouvelle.com

Lors d’une visite en Isère à la rencontre d’entreprises industrielles et innovantes (Poma, Serge Ferrari…) le président de la République, François Hollande, a annoncé une nouvelle recharge du programme des investissements d’Avenir (PIA). Il a déclaré : « Nous lèverons une fois encore de nouveaux fonds pour apporter aux entreprises françaises qui sont dans l’innovation, dans l’exportation, dans la transition énergétique, les moyens d’assurer leur développement et de créer des emplois. » Le montant n’est pas encore déterminé mais l’échéance est prévu : 2017.

UN PROGRAMME QUI SURVIT AUX ALTERNANCES POLITIQUES

Ce programme mis en œuvre sous la présidence Sarkozy pour préparer l’avenir avait été doté initialement, en 2010, de 35 milliards d’euros. Le nouvel exécutif socialiste l’avait par la suite abondé de 12 milliards d’euros dans le cadre d’un PIA 2. Le PIA finance sous la forme de subventions, de prêts ou de dotations en fonds propres, garantie ou non consommables, l’enseignement supérieur, la recherche, la transition énergétique et un certains nombres de secteurs industriels sur des thématiques innovantes. Il concourt ainsi à ce titre au financement des 34 plans industriels mis en œuvre par l’ex-ministre de l’Industrie Arnaud Montebourg.

LOUIS SCHWEITZER À LA MANŒUVRE

Louis Schweitzer, commissaire général à l’investissement et ancien patron de Renault, avait prévenu que les sommes du PIA 1 et 2 seraient totalement engagées en 2017. En effet, les sommes sont attribuées au fil de l’eau sur la base d’appel à projets ou d’enveloppes via les opérateurs qui en ont la charge. Louis Schweitzer voyant poindre l’épuisement des ressources a appelé mardi 9 mars lors de la présentation du rapport d’activité du CGI  à engager une réflexion pour voter des crédits en 2016. Il a visiblement été entendu par le Président.

Si tout se déroule comme prévu au fil des engagements et des décaissements, le pôle « Industrie, transports, Défense » devrait bénéficier de 28 % des fonds du PIA 1 et 2 (13, 2 milliards), tandis que l’enseignement supérieur et la recherche en capteront 41 % (19,5 milliards d’euros). De leur côté « l’économie numérique » et le pôle « Energie et économie circulaire » représentent respectivement 8,3 % et 9,5 % des sommes. La formation, l’urbanisme, l’éducation et l’économie sociale et solidaire ont aussi été ciblés.

Début 2015, 33 milliards des 47 milliards du programme ont été engagés et 10 décaissés. Louis Schweitzer a toutefois prévenu qu’il faudrait évaluer les résultats du PIA 1 et 2. Ciblant l’innovation et la recherche, la mesure est délicate à court terme. Le commissaire général a fixé trois critères d’évaluation : « la réussite intrinsèque des projets », « l’effet de levier exercé par l’intervention publique », « l’impact global sur l’économie et la société française ». Bon courage aux évaluateurs.

Anne-Sophie Bellaiche

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *