#Argenteuil : l’#hôpital appelle aux #dons pour améliorer le quotidien des patients

Argenteuil, le 5 mai 2015. Le service de radiothérapie du centre hospitalier Victor Dupouy compte deux plafonds lumineux. Ces installations, réalisées grâce au fonds de dotation, apportent du bien-être aux patients.

Faire un don à l’hôpital d’Argenteuil. C’est désormais possible. Le centre hospitalier Victor Dupouy a lancé un fonds de dotation pour les recueillir*. Il faut dire que l’argent public se fait rare. Alors pour développer des actions portées sur le bien-être du patient, l’hôpital compte sur cette recherche de fonds caritatifs.

Source : www.leparisien.fr

Et à Pontoise, l’établissement de santé y pense aussi sérieusement. « Nous souhaitons diversifier et augmenter nos ressources pour concrétiser des projets qui ne relèvent pas de notre mission première de soins, précise-t-on à Argenteuil. C’est une démarche nouvelle qui se développe. »

A quoi servent concrètement les dons ? Direction le service de radiothérapie, situé en sous-sol du bâtiment Madeleine-Brès. Ici transitent environ 640 malades du cancer. Lors des séances quotidiennes programmées sur plusieurs semaines, le patient, allongé, reçoit des rayons qui détruisent les cellules cancéreuses en bloquant leur capacité à se multiplier. Autant dire que le moment est difficile à vivre. L’équipe médicale a donc proposé l’installation de plafonds lumineux.

Etendu sur la table, le malade a les yeux rivés vers un ciel bleu. Soit avec un décor de palmiers, soit avec des cerisiers en fleur. « On n’a pas l’impression d’être à l’hôpital. On en vient même à rêvasser, c’est une très bonne chose », sourit Nordine, 52 ans, au sortir d’une séance. « Cela nous permet d’offrir à nos patients un climat moins austère et oppressant », insiste le docteur Lidia Le Goff.

Elle est, parmi d’autres, à l’initiative de ce projet. « Ce n’est pas une priorité, certes, mais il apporte un plus aux malades, d’où son intérêt », renchérit Françoise Besset, cadre de santé. Coût de cette opération : 24 000 €. Sans le fonds de dotation, impossible de la mener. « L’hôpital a avancé les frais, nous avons quasiment bouclé la recherche de fonds », se félicite le centre hospitalier.

Au service maternité, où 3 300 accouchements sont réalisés à l’année, les sages-femmes, en première ligne, espèrent récolter des dons. « Nous voulons mettre en place un espace nature pour accoucher autrement », précisent Nathalie De Sequeira cadre, de la salle de naissance, et Paule Rischebe, coordinatrice du pôle mère-enfant. Si elles ont pensé à ce projet, c’est parce qu’il y a une demande. « Certaines veulent accoucher sans péridurale. Nous souhaitons leur offrir cette possibilité en les accompagnant dans une salle adaptée. »

A l’intérieur, les futures mamans y trouveront une baignoire de prétravail pour soulager les contractions, une liane pour varier les positions et un accueil bébé. « Je ne le ferai pas car ça fait trop mal, rigole Linda, 30 ans. Mais c’est bien que cela existe, ça permet de choisir. » Il faut recueillir 40 000 € pour que ce lieu soit aménagé en même temps que l’agrandissement programmé du service.

Les urgences et d’autres services ont également des idées. « Les donateurs bénéficient d’une réduction d’impôts, rappelle l’hôpital. La santé concerne tout le monde. Avec un don, chacun a la possibilité de changer les choses. »

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *