#Fondation : avoir de l’argent et créer sa #fondation

L’Alsace possède un riche passé industriel et abrite plusieurs familles fortunées. Certains Alsaciens philanthropes se sont lancés dans l’aventure de la création d’une fondation. Une équipe de France 3 Alsace a rencontré trois créateurs.

La fondation François Schneider à Wattwiller

Donner quand on est riche n’est pas un réflexe automatique. Quelques grandes fortunes dans le monde comme Steeve Jobs ou Bill Gates par exemple ont profité de leur immense fortune pour lancer leur propre fondation de mécénat social ou culturel. Le phénomène est particulièrement répandu aux Etats-Unis, moins en France.

Source : france3-regions.francetvinfo.fr

Marc Arbogast est le fondateur du musée vaudou de Strasbourg. C’est à l’âge de 73 ans que cet ancien industriel a décidé de rendre publique sa collection personnelle d’art vaudou. Des centaines d’objets de culte découverts au Bénin, au Ghana ou au Togo, signe d’une immense passion de l’homme pour le continent africain. Marc Arbogast a investi deux millions et demi d’euros dans l’aménagement de ce château d’eau en musée.

Guillaume d’Andlau est issu d’une des plus vieilles familles nobles de France. Il vit entre la Normandie, Paris et l’Alsace. Mais c’est ici qu’il a décidé d’oeuvrer pour la bonne cause. Après le décès de sa maman, il décide d’utiliser une partie de son héritage pour créer une fondation. Passions Alsace, c’est son nom, donne un coup de pouce financier à quelques associations locales triées sur le volet. Une association de boxe pour les femmes, des cours de tennis pour des personnes handicapées, Guillaume d’Andlau les aide en pratiquant ce qu’il appelle le circuit court du don. Chaque année il distribue jusqu’à 100 000 euros tirés de sa poche ou collectés par ses soins auprès de mécènes locaux. En 6 ans d’existence, Passions Alsace a aidé 130 associations. Une démarche que ce connaisseur des milieux d’influence juge plus utile que tout autre investissement.

L’Alsacien François Schneider possède lui aussi beaucoup d’argent. C’est homme très discret est l’ancien directeur des eaux de Wattwiller, Il a installé une fondation dans cette commune haut-rhinoise dans laquelle il a longtemps travaillé. Des oeuvres d’artistes confirmés y côtoient des talents en devenir soutenus financièrement par François Schneider en personne. L’homme serait aujourd’hui l’un des mécènes privés les plus importants de France. Il reverse chaque année 500 000 euros de sa fortune personnelle à des artistes mais aussi à des étudiants en difficulté venus du Haut Rhin et de l’Yonne, les deux départements chers à son coeur.

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *