Une #fondation organise le concours du « meilleur professeur au monde »

Une fondation détenue par une famille ayant fait fortune en créant un réseau d’écoles privées lance un prix pour récompenser le meilleur enseignant au monde. A la clé, beaucoup de prestige et… un million de dollars.

Parmi la liste des compétences récompensées par les prix Nobel ne figurait pas la capacité à enseigner. C’est peut-être ce que se sont dit les membres de la famille Varkey, des Indiens immigrés aux Emirats arabes unis où ils ont fait fortune en mettant en place un réseau d’écoles privées, lorsque la fondation qu’ils ont créée a commencé à organiser le concours du « meilleur professeur du monde ». Un prix honorifique et lucratif puisqu’il est doté de la coquette gratification d’un million de dollars.

Source : www.francesoir.fr

Les enseignants ont jusqu’au 10 octobre prochain pour s’inscrire sur le site du concours. Seront valorisés par le jury des compétences universellement recherchées chez les enseignants comme des « pédagogies innovantes et efficaces et produisant des résultats tangibles sur l’apprentissage des élèves »,  ou « la reconnaissance des accomplissements du professeur dans la classe par ses élèves, collègues et autres membres de la collectivité », ou encore « la participation à des débats publics sur le métier d’enseignant via des articles, blogs, conférences ».

Il s’agira de la deuxième édition du prix. Lors de la première édition, une dizaine de profils avaient été sélectionnés parmi les candidats, avant d’être départagé ensuite par un jury (comprenant notamment l’acteur américain Kevin Spacey) qui a récompensé une enseignante américaine du Maine, Nancie Atwell, lauréate grâce à ses méthodes pour encourager ses élèves à la lecture et à l’amélioration de leur expression écrite. Altruiste jusqu’au bout, la première gagnante a fait don du million de dollars à son établissement. Une première édition qui n’a d’ailleurs pas beaucoup inspiré le corps professoral français puisque parmi les 1.300 candidats (de 127 pays), seuls une dizaines d’enseignants français se sont inscrits.

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *