AMIENS L’épicerie étudiante a besoin de dons

Les bénéficiaires ont un forfait de 15 euros par mois à dépenser dans l’épicerie.

Les bénéficiaires ont un forfait de 15 euros par mois à dépenser dans l’épicerie.

Les bénévoles de l’épicerie sociale réservée aux étudiants organiseront une collecte de soutien le 18 septembre aux Halles du Beffroi. La demande est plus forte que prévu.

Source : Courrier Picard par Térézinha Dias

Si les dons de particuliers commencent à arriver, c’est encore trop peu pour les bénévoles de l’Agoraé, la première épicerie étudiante de la région ouverte en février au 11, rue des Francs-Mûriers, dans le quartier Saint-Leu. Car après une coupure de deux mois cet été, l’antenne s’attend à accueillir plus de bénéficiaires que prévu. Les chiffres avaient déjà explosé l’an passé, après quatre mois de fonctionnement seulement : « Lors de la première commission en mars (ndlr<UN>: chargée d’étudier les dossiers des étudiants demandeurs), nous avions misé sur 20 bénéficiaires environ. À la fin de l’année universitaire, nous étions déjà à 41 bénéficiaires », s’inquiète Guillaume Kromwel, le trésorier de la FAEP, la Fédération des associations étudiantes picardes. Le budget a été conséquent du coup : environ 11 500 euros dépensés sur quatre mois comprenant le budget d’installation de l’épicerie et son fonctionnement.

80 à 100 bénéficiaires contre 40 prévus initialement

Et la tendance ne devrait pas s’inverser, bien au contraire. « Nous sommes partis sur une base de 80 à 100 bénéficiaires pour cette année universitaire avec un budget de l’ordre de 25 à 30 000 euros. C’est énorme quand on sait que l’Agoraé de Lyon, ouverte depuis deux ans, est considérée comme étant l’une des plus grosses structures avec 80 bénéficiaires. La situation d’Amiens est inquiétante. S’ils sont plus encore cette année, que fera-t-on ? Est-ce que le local sera assez grand pour les accueillir (ndlr<UN>: 70 m² actuellement) », interroge encore le trésorier qui, avec les bénévoles, mise sur le développement de nouveaux partenariats pour alimenter l’épicerie. Actuellement, les produits distribués proviennent de la Banque alimentaire et sont également achetés grâce à la participation financière de mécènes. L’an passé, l’Université de Picardie Jules-Verne a aussi subventionné l’Agoraé à hauteur de 10 000 euros et mis à disposition le local. Mais cela ne suffira pas.

C’est pourquoi les bénévoles frappent aujourd’hui à toutes les portes. La dernière collecte avait permis de récolter 100 kilogrammes de denrées alimentaires. L’antenne souhaite faire aussi bien le 18 septembre à l’occasion d’une collecte de soutien organisée au supermarché carrefour des Halles du Beffroi. Ce jour-là, les particuliers pourront aider l’épicerie en donnant lors de leur passage en caisse.

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *