PasteurDon: L’Institut Pasteur espère que vous aurez la rage de donner

Conférence de presse à l'Institut Pasteur le 7 octobre 2015 en présence de nombreux animateurs partenaires.

Conférence de presse à l’Institut Pasteur le 7 octobre 2015 en présence de nombreux animateurs partenaires.

Ils ont « la rage de vaincre », et espèrent que vous aurez la rage de donner. Les chercheurs de l’Institut Pasteur s’affichent dans une nouvelle campagne publicitaire lancée à l’occasion du PasteurDon, ces quatre jours pendant lesquels le public est invité à donner pour garantir le bon fonctionnement de cette fondation qui lutte contre virus, infections et épidémies.

Source : 20 minutes par Nicolas Bégasse

« Le principe actif de la campagne, c’est le partenariat avec les vingt chaînes de télé et les treize radios », rappelle le Dr Jean-François Chambon, directeur de la communication et du mécénat. Des messages d’appel au don lancés par les animateurs stars de la TNT et de la radio vont tourner en boucle du 8 au 11 octobre, accompagnés de programmes courts expliquant la recherche. Une campagne d’affichage est aussi lancée à Paris et en province, et de la pub va gracieusement apparaître dans les pages de plusieurs journaux. Sans oublier le Web : « On a cette année un nouveau site et une présence nouvelle sur les réseaux sociaux », note le Dr. Chambon.

« L’Institut appartient à la population française »

Objectif : faire mieux que les 1.092.623 euros de promesses de dons affichés sur le compteur de l’opération en 2014. Pour cela deux solutions : appeler le 36 20 ou se rendre sur pasteurdon.fr.

Car l’Institut Pasteur, toute fondation privée qu’elle soit, dépend aussi des subventions de l’Etat et des dons et legs pour fonctionner. Un système qui l’oblige à déployer des efforts pour collecter ces dons, mais qui responsabilise d’autant les acteurs de la recherche. « Quand on lance une étude ou qu’on achète une nouvelle machine, on se rend compte qu’on le fait aussi avec de l’argent public, témoigne Vincent Enouf, responsable adjoint du Centre national de référence de la grippe, hébergé par l’Institut. Cet argent vient de l’Etat, vient des dons, on ne doit pas en faire n’importe quoi. On a ça en tête, cette image de l’Institut qui appartient à la population française. »

Près de 30 % du budget

Une vidéo créée et mise en ligne pour l’occasion explique clairement l’importance des dons, qui représentent près de 30 % du budget de l’Institut. Et indique leur destination : sur 100 euros versés, 11 vont aux coûts de fonctionnement de l’Institut, 78 vont à la recherche scientifique, et 11 vont… à la recherche de dons. Donner pour permettre de chercher de nouveaux dons, un concept qui peut surprendre, mais Jean-François Chambon rassure tout de suite : « Les dons dépassent largement les investissements que l’on fait pour les obtenir. Pour un euro dépensé dans la collecte, elle nous en rapporte quatre. »

Et avoir des moyens, quand on parle de l’Institut Pasteur, ça peut sauver des vies : quand l’épidémie de virus Ebola s’est déclarée en Afrique, la réaction de l’Institut a été immédiate. « On a envoyé une « task force », pour être sur le terrain le plus rapidement possible, se souvient Vincent Enouf. Et si on a pu agir vite, c’est parce qu’on a eu les moyens de le faire. »

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *