60 % d’une classe d’âge, l’ambitieux objectif pour l’enseignement supérieur de Hollande

François Hollande a fait sien, jeudi 17 septembre, l’objectif d’amener 60 % d’une classe d’âge dans l’enseignement supérieur. La « stratégie » du gouvernement « est soutenue par un objectif majeur que je prends pour ce qui me concerne comme un objectif qui doit être celui de la nation : amener 60 % d’une classe d’âge à un niveau d’enseignement supérieur », a déclaré le chef de l’Etat à l’occasion de la rentrée universitaire.

Source : Le Monde

M. Hollande, qui s’exprimait devant un amphithéâtre de quelques centaines d’étudiants et d’enseignants de l’université Paris Sud à Saclay (Essonne), a précisé que la moitié d’entre eux devaient parvenir au niveau de la licence et 25 % au niveau du master.

A ceux qui s’interrogent sur la réalisation de cet objectif, François Hollande a rappelé que François Mitterrand « avait parlé de 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat ». « Ça a pris plus de dix ans, mais ça s’est fait », a-t-il relevé.

D’entrée, le président Hollande a souligné que « la France a[vait] besoin d’universités fortes, d’un système d’enseignement supérieur brillant », y voyant « un enjeu décisif dans le cadre de la mondialisation » et une nouvelle illustration de la « priorité de [son] quinquennat », la jeunesse.

Rapport du comité StraNES

L’objectif de porter 60 % d’une classe d’âge au niveau de l’enseignement supérieur figurait dans le rapport du comité StraNES (Stratégie nationale de l’enseignement supérieur), chargé de définir des objectifs pour les dix prochaines années et remis au président de la République, le 8 septembre.

Actuellement, 42 % d’une classe d’âge accède en France à un diplôme de l’enseignement supérieur, tandis que 36 % des étudiants sont boursiers, notent les auteurs du rapport. Or, « notre monde est en mutation », avec des métiers qui disparaissent et des « travailleurs qui changent plus souvent d’emploi, voire de métier ».

« L’enseignement supérieur change de rôle : alors qu’il était destiné à former une petite élite, il accueille désormais la majorité des jeunes, et dans certains pays on peut prévoir que dans dix ans la grande majorité de la population sera diplômée du supérieur », expliquent Sophie Béjean, présidente de la StraNES, et Bertrand Monthubert, rapporteur général.

Le texte souligne la nécessité d’élever le niveau général de qualification, mais aussi de « faire de la formation tout au long de la vie une réalité ». Pour cela, il faudrait « revoir la répartition des fonds de la formation professionnelle en fléchant un pourcentage de la taxe d’apprentissage vers l’enseignement supérieur ».

Concernant le financement de l’enseignement supérieur, il faudrait atteindre 2 % du PIB d’ici à dix ans, contre 1,5 % en 2010. Le rapport ne propose pas d’augmenter les droits d’inscription des étudiants.

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *