Chaires d’entreprises : elles ne sont pas réservées aux grands groupes

Chaires d'entreprises : elles ne sont pas réservées aux grands groupes

Chaires d’entreprises : elles ne sont pas réservées aux grands groupes

Innovation, management, RH: les atouts des chaires d’entreprises, partenariats de recherche et d’enseignement avec les universités, dépassent le mécénat désintéressé. Leur régime fiscal avantageux est un atout de plus pour attirer les PME vers ces démarches trop souvent réservées aux grands groupes.

Source : Chef d’Entreprise par Maëlle Becuwe

Depuis janvier 2013, la PME bretonne Rtsys accompagne le projet de recherche Chorus, chargé de cartographier les sons des fonds marins. Par cette démarche, la société d’ingénierie en acoustique et robotique sous-marine de 20 salariés a bénéficié des meilleures conditions d’expérimentation pour améliorer ses équipements existants et développer de nouvelles fonctionnalités. Comme elle, d’autres PME ont choisi de s’investir dans la recherche universitaire et d’en tirer les fruits pour leurs projets de R&D. « Il est très pertinent pour votre PME de développer des chaires spécifiques sur les thématiques qui concernent son activité », encourage Jean-Pierre Gérault, président du Comité Richelieu, l’association des PME innovantes. « Avec elles, les entreprises orientent les travaux des chercheurs en fonction de leurs besoins, afin de répondre aux enjeux scientifiques, sociétaux et économiques auxquels elles sont confrontées », ajoute Laura Fioni, responsable du service Relations entreprises de l’école Polytechnique.

Des bénéfices à plusieurs échelles

Recherche scientifique fondamentale, travaux sur le management, études sociétales, géographiques ou médicales… de nombreuses activités universitaires trouvent leur pendant dans l’entreprise, qu’il concerne son coeur d’activité, sa stratégie d’innovation, son organisation ou sa gouvernance. Si vous souhaitez initier cette démarche, le choix de l’université ou de l’école partenaire est donc primordial et doit correspondre à vos besoins et à la nature de votre ambition. Est-ce de transformer votre pyramide hiérarchique, d’élaborer une machine avant-gardiste, de mieux comprendre certains phénomènes physiques impliqués dans votre activité, ou d’améliorer les conditions de travail de vos salariés ? Tout est envisageable. Et plus encore. Car les chaires présentent également des intérêts en termes de recrutement, autre noeud gordien auquel sont trop souvent confrontées les PME. « Une chaire, c’est un accès privilégié aux centres de recherche et aux enseignants-chercheurs, convient Laura Fioni. Mais aussi aux élèves qui ont un gros potentiel et qui peuvent, dans ce cadre, réaliser leur stage chez vous. » Par un accueil en interne ou via l’enseignement, vous construisez ainsi un vivier d’élèves formés selon vos besoins et vous gagnez en visibilité. Un atout donc pour développer votre marque employeur et répondre à vos problématiques en termes de ressources humaines. Une ouverture sur l’international Et ce, pas uniquement à l’échelle nationale. L’université vous ouvre également les portes de leurs partenaires à l’étranger. À la fois par les colloques et séminaires, qui sont l’occasion de rencontrer des références internationales sur vos sujets de préoccupation, mais également en envoyant un étudiant français dans vos filiales à l’internationale ou en recevant, ici, un étudiant étranger. « Cela apporte une ouverture culturelle et une nouvelle vision à l’entreprise », avance Laura Fioni.

Des avantages fiscaux

Mais pour profiter de tous ces avantages, construire ou s’intégrer à une chaire d’entreprise demande une contribution non négligeable de votre part. « Cela suppose des ressources financières et humaines que les PME n’ont pas, souligne Jean-Pierre Gérault. Vous devez donc vous associer à d’autres acteurs, petites ou grandes entreprises, pour y accéder ». En effet, il faut compter, pour ce type de partenariat, entre 200k€ à plusieurs et 500k€ par an, en fonction de l’ambition du projet. Et, en plus d’être important, cet investissement représente un engagement sur le long terme car les contrats s’étendent en général sur des durées de trois à cinq ans. Lorsqu’une entreprise en bonne santé se décide à investir dans une chaire, elle a donc l’obligation d’assurer son financement même en cas d’année difficile ou d’aléas de trésorerie. Mais surtout, elle ne doit pas compter sur un retour sur investissement à court terme. « Le concept même de la chaire est qu’il n’y a pas de contrepartie, pas de brevet, rappelle Laura Fioni. Il s’agit exclusivement de recherche fondamentale et ce n’est que plus tard, avec du recul, que l’entreprise y trouve des bénéfices pour ses applications. » C’est sous cette condition que les chaires entrent dans le cadre du mécénat. Pas de contreparties négociables dans le contrat, donc, mais un régime fiscal avantageux à la clé. « En tant que mécène, l’entreprise profite d’une réduction d’impôt de 60 % de la somme versée au titre du partenariat, dans la limite de 0,5% de son chiffre d’affaires », précise Vincent Lemaire, président du comité Mécénat de l’Ordre des experts-comptables. Un ultime intérêt pour vous encourager à sauter le pas, et à ne pas laisser aux grands groupes l’exclusivité de ces partenariats.

Le témoignage de Franck Mosser, directeur général de MGDIS La logique à court terme n’est pas rentable, il faut de la persévérance « Il y a de la ressource à l’université, de l’intelligence qu’on ne doit pas ignorer dans sa démarche d’innovation ». Tel est le credo des dirigeants de MGDIS, éditeur breton de solutions de pilotage de l’action publique. Proches de l’Université de Bretagne Sud depuis de nombreuses années, ils ont, en 2012, créé, avec sept autres acteurs publics et privé, la chaire Connaissance et action territoriale. Le but : développer des méthodologies et des modèles de corrélation des données afin d’éclairer et d’améliorer les décisions publiques. « Il s’agit de mécénat. Nous finançons les recherches sans, a priori, rien attendre en retour », précise Franck Mosser, le directeur général. Toutefois, l’entreprise en tire bien évidemment des avantages. En termes d’image, en communicant sur son action auprès de ses clients, partenaires et collaborateurs et en devenant, ainsi, une entreprise impliquée dans son territoire. Mais aussi en insufflant une nouvelle dynamique dans la culture d’entreprise, dans l’état d’esprit de ses équipes, tournées vers l’innovation. Des bénéfices qui, malgré un investissement de 50 k€ par an qui n’a pas encore rencontré de retour économique direct, l’ont poussé à renouveler sa démarche pour les trois années à venir. Avec, à la clé, des produits concurrentiels en préparation qui devraient sortir d’ici 18 mois. « Soit quatre ans et demi après la création de la chaire, ce qui peut paraître long, reconnaît le dirigeant. Mais le faire dans une logique financière à court terme n’est pas rentable, et c’est de l’argent gaspillé. Il faut de la persévérance. » Fiche repères: Editeur de logiciel/Vannes(Morbihan)/Jean-Marc Bienvenu, 61 ans et Franck Mosser, 51 ans/SA à conseil d’administration/Création en 1983/105 salariés/CA2014 7,2M€.

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *