La Fondation Rovaltain attribue 400.000 Euros à des projets de recherche en écotoxicologie

logo-rovaltain-vectorisé1Afin de répondre à son objectif de soutien au développement des connaissances sur des sujets à enjeux dans le domaine de la protection de la Santé et de l’Environnement, la Fondation Rovaltain a lancé, début 2015, son premier appel à projets de recherche en toxicologie environnementale et en écotoxicologie.

Communication de la Fondation Rovaltain

Vous aussi communiquez votre actualité et valorisez vos mécènes.
Devenez contributeur.

 

Le développement croissant des activités humaines conduit à l’émergence de stress environnementaux de nature chimique, physique ou biologique susceptibles d’affecter la santé humaine, animale et/ou, végétale mais également le fonctionnement des écosystèmes. Afin de mieux évaluer et de prévenir ces risques, voire d’y remédier, il est nécessaire de disposer de solides connaissances sur la caractérisation et le devenir dans l’environnement des contaminants physiques, chimiques ou biologiques et de leurs produits de transformation, ainsi que sur leurs effets. Plus spécifiquement, cet appel à projets s’intéresse (i) au développement de nouveaux outils dans le domaine de l’(éco)toxicologie, (ii) à la caractérisation des effets des polluants émergents et (iii) à l’étude des mécanismes d’adaptation dans des conditions de stress.

44 projets de recherche ont été soumis à la Fondation Rovaltain et ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse s’appuyant sur une expertise externe complétée par l’expertise du Conseil Scientifique International de la Fondation. Suite à ce processus, 8 projets ont été sélectionnés et seront financés dès 2016 pour une durée de 2 ou 3 ans.

FOCUS SUR 3 PROJETS

Effets des déchets plastiques sur l’état de santé des coraux

L’ensemble des écosystèmes de notre planète et plus particulièrement les milieux marins sont soumis à une pollution grandissante par les déchets plastiques issus des activités humaines. Ces polluants peuvent avoir de nombreux effets sur les organismes vivants pouvant, à terme, entrainer la disparition de certaines espèces. Le programme PLAISCOOL, piloté par un laboratoire de l’Observatoire Océanographique de Banyuls sur Mer, a pour objectif d’étudier les effets de cette pollution sur la croissance, l’assimilation de la nourriture et le niveau de stress de deux espèces de coraux méditerranéens : Lophelia pertusa et Madrepora occulata. En effet, les écosystèmes coralliens sont des environnements particulièrement sensibles à la pollution. Ce programme de recherche produira des données utiles à la mise en place de mesures de gestion et de préservation adaptées à ces écosystèmes.

Effets de différents facteurs de stress chez l’abeille domestique

Les pertes de colonies d’abeilles domestiques, Apis mellifera, enregistrées depuis plusieurs décennies représentent un enjeu majeur pour la conservation de la biodiversité mais aussi pour la préservation de notre système d’alimentation et au-delà de notre système économique. Conduit par le laboratoire Microorganismes : Génome et Environnement de l’Université d’Auvergne, le programme ELISA s’intéresse plus spécifiquement aux effets létaux et sublétaux qui peuvent être induits chez les abeilles domestiques par des mélanges de pesticides à faibles doses seuls ou en association avec un parasite : Nosema ceranae. S’appuyant sur des expériences en laboratoire et en conditions semi-contrôlées, ce projet apportera un socle de connaissances sur les effets de mélanges de stress sur la santé des abeilles, connaissances qui pourront utilement contribuer à l’élaboration de mesures de protection des pollinisateurs.

Résistance aux insecticides et biodiversité

Afin de protéger les cultures, l’arboriculture a recours à différents produits phyto-sanitaires incluant des insecticides organophosphorés, néonicotinoïdes et pyréthrinoïdes. Ces molécules sont connues pour induire, chez des espèces non cibles et en particulier chez les arthropodes, des effets toxiques non intentionnels. Ces derniers peuvent être à l’origine d’apparition de cas de résistance. Le programme intitulé i-RESPECT s’appuie sur un consortium de recherche incluant des partenaires français et allemands, piloté par un laboratoire de l’Université d’Avignon. Il se propose d’évaluer les mécanismes de tolérance et de résistance aux insecticides chez un prédateur généraliste : Forficula auricularia. Une attention particulière sera portée sur la reproduction, la gestion de l’énergie ou encore les défenses immunitaires. Dans le contexte Européen visant la réduction de l’utilisation des pesticides, la connaissance des effets des insecticides sur les organismes dits auxiliaires est une piste novatrice et prometteuse pour le développement de nouveaux programmes en Production Fruitière Intégrée.

La liste des projets sélectionnés est consultable ici

A propos de la Fondation Rovaltain

Pour réduire les pollutions et leurs effets, la Fondation ROVALTAIN produit et diffuse des connaissances innovantes sur les impacts toxiques sur l’Homme et les écosystèmes. Créée en 2013 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche dans le cadre du développement d’un pôle d’excellence en Santé Environnement implanté dans en Rhône-Alpes, la Fondation ROVALTAIN bénéficie du soutien de ses 11 membres fondateurs et de plusieurs entreprises qui font de la protection de la planète une priorité. Dans un objectif d’indépendance et de rigueur, la Fondation ROVALTAIN s’appuie sur un Conseil Scientifique International en charge de l’évaluation et de l’orientation des actions qu’elle développe.

 

 

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *