Institut Bio3 à Tours, fruit d’un partenariat entre l’Université François-Rabelais de Tours, l’IMT et la Fondation Philippe Maupas

L’Université François-Rabelais de Tours, l’IMT et la Fondation Philippe Maupas sont les partenaires publics et privés de l’institut d’excellence Bio3, qui entend répondre aux besoins de l’industrie pharmaceutique en matière de recherche et de formation. 

Le Bio3 Institute sera inauguré à Tours le 26 février. Les premiers étudiants y sont attendus dès le mois de mai.

Source : La Nouvelle République par P.L.

La date de l’inauguration du Bio3 Institute (*) le futur institut français des biomédicaments, dans le quartier des casernes, à Tours, a été confirmée hier ? lors de la cérémonie de vœux du président de l’université Loïc Vaillant : ce sera le 26 février prochain. Les premiers étudiants arriveront dès le mois de mai pour y effectuer des stages sur les équipements techniques de la plateforme.

Ce « bio-cube » dédié aux biotechnologies en cours de construction sur le site du Plat-d’Etain, abritera sur 2.000 m2 un laboratoire d’excellence et un plateau technique pour la formation et la recherche, ainsi qu’une centaine de logements. Il se voudra à la pointe de l’enseignement et de la recherche dans le secteur des biomédicaments dont Tours est devenue la capitale.

Une collaboration public privé

Fruit d’une collaboration entre le public et le privé (université François-Rabelais de Tours, IMT, Fondation Philippe Maupas), cet institut d’excellence se veut déjà un bel exemple de l’efficacité pour répondre aux besoins de l’industrie pharmaceutique en matière de recherche et de formation. Il formera « à la carte » des professionnels de demain pour les entreprises du secteur. Car, en sus des formations initiale et continue, le Bio3 Institut développera des projets autour de la recherche sur les biomédicaments et la biocosmétologie, au service des entreprises, comme Sanofi ou Pfizer, ainsi que des PME. D’ailleurs ses promoteurs, publics ou privés, rappellent souvent que l’idée du Bio3 est née de la demande des grands laboratoires pharmaceutiques qui souhaitent reconvertir une partie de leurs salariés de la chimie du médicament vers les biotechnologies, dans le domaine du médicament ou de la cosmétologie. Deux filières où la région Centre est en pointe.
Le coût de la construction du Bio3 Institute s’élève à 13 millions d’euros.
L’université prendra en charge les programmes de licence professionnelle et de masters, l’Institut du médicament de Touraine (IMT) gérera les CAP et les brevets de technicien. Une centaine d’étudiants devraient y être accueillis à la rentrée de septembre. L’objectif fixé est qu’en dix ans, le Bio3 Institut ait formé 1.200 étudiants, 4.200 apprentis et un millier de salariés.

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *