Françoise Bettencourt Meyers récompense la recherche biomédicale française

http://i.f1g.fr/media/ext/1280x580_crop/i.f1g.fr/media/figaro/orig/2016/02/10/XVM63b0d922-d010-11e5-9d76-214cb7166664.jpg

Françoise Bettencourt Meyers qui a succédé à sa mère Liliane Bettencourt en 2013 à la présidence de la fondation est très engagée dans ses différentes actions. Elle a remis à l’Institut de France les Prix Coup d’élan à quatre chercheurs du CNRS et de l’Inserm , qui se partageront un million d’euros pour faire aboutir leurs recherches thérapeutiques.

Source : Le Figaro par Carole Bellemare

La fondation Bettencourt Schueller, voilà sans doute l’une des plus grandes fiertés de la famille Bettencourt. Les hommes, la créativité, les projets, l’accompagnement: depuis près de trente ans, comme l’ont voulu les fondateurs André et Liliane Bettencourt et leur fille Françoise Bettencourt Meyers, la puissante fondation (900 millions d’euros d’actifs) s’attache avec efficacité et discrétion à «donner des ailes au talent». Avec trois domaines de prédilection: les sciences de la vie, les arts et le social.

À son actif depuis 1990, pour le mécénat scientifique, pas moins de 306 millions de dons cumulés, 352 prix attribués et plus de 5 000 chercheurs encouragés… C’est dans ce cadre que Françoise Bettencourt Meyers, présidente de la fondation depuis 2013, accompagnée de son époux et vice-président Jean-Pierre Meyers, de leur fils Nicolas, administrateur, et d’Olivier Brault, directeur général, a dévoilé à l’Institut de France, en présence du chancelier Gabriel de Broglie, le palmarès 2015 des Coups d’élan en faveur de la recherche biomédicale. «Soutenir des projets de recherche fondamentale et clinique du meilleur niveau, la prise de risque, l’esprit d’entreprise, le rayonnement de notre pays», tel est, comme l’a rappelé la fille de l’héritière de L’Oréal, le but de ce mécénat. Consciente aussi «des difficultés que rencontre la recherche publique et des sacrifices que suppose la vocation de chercheur», celle-ci s’est dit fière que la fondation puisse contribuer au retour de certains chercheurs expatriés. Doté au total d’un million d’euros, le prix Coup d’élan a récompensé pour cette édition quatre chercheurs du CNRS et de l’Inserm, sélectionnés par le conseil scientifique présidé par le Pr Hugues de Thé: Caroline Robert, Christophe Grangeasse, Daan Noordermeer et Nathalie Vergnolle. Quatre «têtes» dont les travaux seront soutenus matériellement et humainement pour arriver rapidement à des solutions thérapeutiques innovantes dans les domaines du cancer, des maladies infectieuses, inflammatoires chroniques de l’intestin et génétiques.

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *