Les fondations des grandes écoles prennent du pouvoir : le cas Fondation HEC

Les fondations des grandes écoles prennent du pouvoir : le cas Fondation HEC

En 2015, la Fondation HEC a levé 12 millions d’euros. Une collecte réussie pour la grande école de commerce de Jouy-en-Josas dont la fondation s’investit de plus en plus dans son fonctionnement et ses orientations. Une position encore inédite en France pour une fondation.

Source : Carenews par Valentine Boullet

La levée de fonds 2015 de la fondation

Lors de sa première campagne de levée de fonds initiée en 2008, la Fondation HEC avait déjà collecté 112 millions d’euros sur cinq ans. Pour 2015, l’objectif initial de collecte était de 12 millions d’euros : mission remplie pour la Fondation HEC.

En 2015, 40% des dons récoltés ont été capitalisés et iront au fonds pérenne de l’école. Le reste des fonds ont permis le développement de nouveaux dispositifs. Le premier est dirigé vers ses étudiants : la fondation souhaite améliorer l’égalité des chances en promouvant les bourses (20% des élèves sont boursiers). Une seconde partie des fonds récoltés servira au recrutement de professeurs et chercheurs du monde entier, toujours dans cette poursuite de l’excellence. Enfin, la fondation a pour but de financer des chaires et des projets de recherches. L’objectif ? Inscrire la célèbre business school dans le top 10 mondial.

Pour l’année 2015, la fondation a pu compter sur la mobilisation de 3 000 donateurs, parmi lesquels une majorité d’anciens élèves. On compte également 44 entreprises partenaires de l’opération, dont LVMH ou Orange, ainsi que 154 grands donateurs.

La nouveauté

Aujourd’hui, le financement de la Fondation HEC représente entre 8 et 10% du budget annuel opérationnel de l’école. Outre ce poids financier, la fondation est devenue actionnaire du nouveau EESC (Etablissement d’Enseignement supérieur consulaire), le nouveau statut d’école de commerce d’HEC. Elle dispose désormais de deux représentants au Conseil d’Administration. « C’est historique et tout à fait inédit », a commenté Bertrand Léonard, le président de la fondation, qui voit dans ce changement le retour d’une « gouvernance équilibrée ».

De nouveaux chantiers sont à prévoir pour l’école en 2017, qui nécessiteront l’investissement de la Fondation. Son nouveau directeur depuis septembre, Peter Todd, souhaiterait lancer une nouvelle collecte de dons. Si la diversité demeure la priorité ainsi que le financement des bourses d’étude, la rénovation des bâtiments est un des nouveaux objectifs, avec notamment la création d’un bâtiment dédié à l’entrepreneuriat. A plus long terme, la fondation aimerait contribuer à ces projets par le biais des bénéfices issus du fonds de réserve, pour ne pas avoir à puiser dans son capital. Une fin d’optimisation financière, caractéristique d’une école de commerce.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *