Un soutien de 2,4 millions à la recherche biomédicale

La Fondation Leenaards récompense deux projets de recherche biomédicale. Quatre bourses seront en outre accordées à des médecins du CHUV, à Lausanne.

Une enveloppe totale de 1,2 million de francs sera allouée pour deux projets. Quatre bourses pour un total de 1,2 million seront aussi accordées à des médecins du CHUV.

Source : La Tribune de Genève

La Fondation Leenaards récompense deux projets de recherche biomédicale en leur décernant les prix scientifiques 2016.

Elle leur allouera une enveloppe totale de 1,2 million de francs. Quatre bourses pour un total de 1,2 million seront en outre accordées à des médecins du CHUV à Lausanne.

Ces bourses visent à favoriser la relève académique en médecine clinique à Lausanne, indique jeudi la fondation. Elles permettent à des médecins de dégager le temps nécessaire à leur recherche, tout en continuant l’activité clinique.

S’agissant des projets primés. L’un vise à identifier de nouvelles techniques thérapeutiques pour rééduquer les troubles neurologiques suite à un accident vasculaire cérébral (AVC). L’AVC est la troisième cause de mortalité en Suisse et la première de handicap acquis chez l’adulte.

Négligence spatiale

Sa principale conséquence est le handicap moteur, mais les fonctions cognitives sont aussi souvent altérées. Les patients souffrent fréquemment de «négligence spatiale». Ils peuvent alors avoir des difficultés à s’orienter, des troubles de l’équilibre ou de la posture.

Pour améliorer la récupération métabolique des tissus cérébraux lésés, l«équipe de recherche, pilotée par le Dr Arnaud Saj (HUG et UNIGE), en collaboration avec le Dr Andrea Serino (EPFL) et le Professeur Dimitri Van De Ville (EPFL et UNIGE), utilise deux techniques connues mais de manière tout à fait novatrice : l«imagerie par résonance magnétique et l’électro-encéphalographie.

Virus respiratoire

Le second projet se penche sur les virus respiratoires, et tout particulièrement les rhinovirus. Ils sont souvent responsables de maladies bénignes qui peuvent toutefois être lourdes de conséquences chez les jeunes enfants et les aînés à l’image de la bronchiolite.

Actuellement, les médicaments antiviraux qui permettent de prévenir et traiter les infections respiratoires sont peu nombreux. Et les antibiotiques souvent prescrits de manière inappropriée, soulignent les chercheurs.

L’équipe de recherche, pilotée par la Professeure Caroline Tapparel Vu (UNIGE et HUG), en collaboration avec le Professeur Laurent Kaiser (HUG et UNIGE) et le Professeur Francesco Stellacci (EPFL) mise sur les nanotechnologies pour remédier à cette situation.

Projets innovants

Les prix scientifiques Leenaards pour la recherche médicale translationnelle seront remis le 10 mars prochain à l’EPFL. Ils financent des projets «investiguant une problématique clinique sous un angle original et innovant». Ils veulent aussi promouvoir les collaborations des institutions scientifiques de l’arc lémanique. (ats/nxp)

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *