Les entreprises françaises, en tête du mécénat dans le monde

15% des sommes consacrées par les entreprises au mécénat vont au financement de la culture

En deux ans, leurs budgets de mécénat ont bondi de 25%, à 3,5 milliards d’euros. Le mécénat représente en France 0,17% du PIB, contre 0,1% aux Etats-Unis

Source : La Tribune par Ivan Best

+25%: entre 2013 et 2015, les entreprises françaises ont augmenté d’un quart les sommes qu’elles consacrent au mécénat, à 3,5 milliards d’euros. Ce chiffre choc est issu de l’enquête bi-annuelle commandée par Admical, qui soutient ces actions en France. On imagine que seules les grandes entreprises contribuent à ce financement sportif, culturel ou associatif. Il n’en est rien. Sur les 170.000 entreprises mécènes, 72% sont des TPE (moins de 10 salariés). Au total, 14% des entreprises comptant au moins salarié se livrent au mécénat.
Bien sûr, les budgets alloués sont alors limités, à quelques centaines d’euros. Mais pour une association, ce peut-être essentiel. D’un point de vue strictement financier, ce sont bien sûr les entreprises de taille intermédiaire (ETI, plus de 250 salariés) et les grandes entreprises (au moins 5000 salariés) qui représentent la plus grosse masse (60% du mécénat en France).

Le sport, d’abord

Le domaine le plus prisé par les entreprises, toutes tailles confondues, c’est le sport. 48% d’entre elles le soutiennent. Mais il s’agit souvent de TPE, et les sommes sont donc plus faibles que la moyenne. Si l’on raisonne en termes budgétaires, les sommes les plus importantes vont au social (22% des 3,5 milliards d’euros de financement au titre du mécénat) et ensuite à la culture (15%). Viennent ensuite l’éducation (14% des budgets) et le sport (12%). Les entreprises privilégient le plus souvent la proximité, soutenant un projet dans leur ville ou région. Et impliquant de plus en plus leurs salariés: il ne s’agit plus seulement d’une opération de communication.

Un record mondial?

Le mécénat d’entreprise est peu développé dans la plupart des pays développés, largement supplanté par le sponsoring, explique-t-on à l’Admical. France mise à part,  il occupe une place importante dans un seul pays: les Etats-Unis. Mais son poids, en regard de la richesse nationale, y est plus faible: 0,10% du PIB, contre 0,17% en France. On peut donc penser que les entreprises françaises sont les premières au monde à faire œuvre de mécènes.

Même si, à l’Admical, on estime que la fiscalité n’est pas la première raison de cet engouement, force est de constater que le système fiscal français est le plus favorable, dans le monde,  au mécénat, et qu’il pourrait y avoir un  lien de cause à effet: une entreprise déduit de son impôt sur les sociétés 60% des dons accordés au titre du mécénat  (dans la limite de 0,5% de son chiffre d’affaires). Très concrètement, quand elle donne 100 euros à une association, cela lui coûte en en fait 40 euros. Une puissante incitation à la générosité.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *