Soprema, un des premiers mécènes de l’Université de Strasbourg.

http://www.lesechos.fr/medias/2016/06/17/2007183_soprema-se-renforce-dans-les-isolants-naturels-en-rachetant-le-suisse-pavatex-web-tete-0211036091193.jpg

Le fabricant d’isolants en fibres de bois passe sous pavillon français. Les usines de Golbey et de Cham sont reprises.

Source : Les Échos par Christian Lienhardt

Après quatre acquisitions industrielles l’an dernier, le groupe alsacien Soprema poursuit sa croissance externe avec l’entreprise suisse Pavatex AG. Créée en 1932, cette PME est devenue le spécialiste européen des isolants thermiques et acoustiques à base de fibres de bois qui sont une alternative écologique aux produits traditionnels à base de laine minérale. Basée à Cham, dans le canton suisse de Zoug, Pavatex s’est implanté en 2013 à Golbey (Vosges) en y montant une seconde unité afin d’y transférer une part croissante de la production. Une décision alors directement liée à la revalorisation du franc suisse qui avait subitement renchéri les coûts de production de l’usine historique, menaçant la compétitivité du groupe.

Avec 220 salariés dans ses deux usines et un chiffre d’affaires de 90 millions d’euros, le groupe suisse cherchait depuis plusieurs mois à se rapprocher d’un partenaire industriel pour l’aider à élargir ses débouchés. D’autant qu’il venait d’investir pour accroître ses capacités industrielles et surtout pour lancer de nouveaux produits, tels que les panneaux de construction intérieure PavaRoom.

Matières premières éco-sourcées

Son arrimage, désormais, au numéro un mondial de l’étanchéité et de l’isolation du bâtiment va conduire à l’intégration rapide de ses structures commerciales au réseau mondial de Soprema. L’intégration des deux usines se fera dans un second temps.

Pour le groupe familial strasbourgeois présidé par Pierre-Etienne Bindschedler, cette nouvelle acquisition élargit son offre de produits isolants réalisés à partir de matières premières éco-sourcées. Elle complétera la gamme d’isolants en ouate de cellulose développée par ses équipes de R & D sous le nom UniverCell, mais aussi tous les autres nouveaux isolants mis au point avec l’université de Strasbourg, dont Soprema est l’un des premiers mécènes. Créée en 1908, cette ETI emploie 6.260 personnes dans 40 usines et a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 2,13 milliards d’euros. Actuellement, elle construit deux nouvelles unités, l’une à Hof, en Allemagne, pour la production d’isolants haute performance et l’autre en Chine pour des membranes d’étanchéité.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *