La Chine investit dans la recherche scientifique

Un plus grand soutien du gouvernement sera fourni pour augmenter la production et l’impact de la recherche menée par les scientifiques chinois, a annoncé une fondation scientifique rattachée à l’Etat.

Source : French China

L’investissement dans la recherche scientifique atteindra 6 milliards de dollars d’ici 2020, soit un niveau équivalent à l’investissement fait par les Etats-Unis, a déclaré Gao Wen, directeur adjoint de la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine lors d’une conférence de presse organisée mardi.

La fondation alloue des fonds à des projets de recherche, en particulier dans le domaine de la recherche fondamentale, sous la supervision du Conseil d’Etat.

Cette année marque le 30e anniversaire de la fondation scientifique. M. Gao a déclaré que son investissement dans la recherche scientifique a été multiplié par 300 au fil des ans, de 80 millions de yuans (12 millions de dollars) lors de sa création en 1986 à 24,8 milliards de yuans en 2016. De nouvelles augmentations du budget sont attendues.

« En investissant davantage dans la recherche scientifique, nous espérons que l’écart entre la Chine et d’autres pays développés se réduira », a-t-il déclaré.

Ceci est l’un des objectifs de la fondation au cours du 13e plan quinquennal (2016-2020). La fondation vise également une amélioration de la quantité et de la qualité des documents universitaires soumis par des scientifiques chinois, afin que leurs travaux soient plus cités.

Entre 2005 et 2015, les documents universitaires rédigés par des scientifiques et chercheurs chinois ont été cités près de 13 millions de fois, ce qui les place au quatrième rang mondial.

« Nous espérons que d’ici 2020, la Chine passera à la deuxième place, juste derrière les Etats-Unis », a déclaré M. Gao.

Pour atteindre ces objectifs, certaines difficultés devront être surmontées, y compris les questions d’intégrité académique et de crédibilité. Le manque de créativité et d’innovation est un autre problème, a-t-il souligné.

« Nous devons nous montrer patients, et la société tout entière devrait être plus tolérante de l’échec, car il faut beaucoup de temps pour développer des talents d’innovation et pour mener une recherche créative », a-t-il rappelé.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *