Déjà dix ans d’actions pour la Fondation Prince Albert II

Déjà dix ans d'actions pour la Fondation Prince Albert II

Engagée dans la protection de l’environnement et la promotion du développement durable, la Fondation Prince Albert II tenait aujourd’hui son vingtième conseil d’administration. Un rendez-vous particulier, puisqu’il marquait surtout les dix ans de sa création.

Source : Radio Monaco par Jimmy Boursicot

L’occasion pour S.A.S. le prince Albert de Monaco de dresser un bilan des actions menées par la Fondation qui porte son nom, dont il est le président.

« Rien n’a été facile, rien n’a été linéaire. Mais je crois que l’on peut être fiers de certaines actions que nous avons menées avec nos partenaires. Je pense notamment à nos efforts pour mettre le thon rouge sur la liste des espèces en danger. Sur le plan politique, ça n’a pas suffi. Mais la médiatisation importante de ce combat a permis l’établissement de quotas de pêche bien plus restrictifs. »

Le souverain a également évoqué l’implication de sa Fondation aux côtés de l’Instituto Terra, qui œuvre pour la reforestation au Brésil. Ou encore les campagnes d’inventaire de la biodiversité menées dans le canal et les forêts sèches du Mozambique, ainsi qu’en Papouasie Nouvelle-Guinée.

Solar Impulse, la Formule E et la Cop 21

Dans un salon du Yacht club de Monaco, Bernard Fautrier, vice-président de la Fondation Prince Albert II, a ajouté qu’en l’espace de dix ans, pas moins de 380 projets ont été initiés ou soutenus.

« Nous sommes heureux d’avoir obtenu du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) un rapport spécial sur les océans et la cryosphère. Mais aussi d’être impliqués dans la transition vers une économie décarbonée par le biais de la mission Solar Impulse 2, que nous soutenons. »

« La Fondation se penche par ailleurs sur la mobilité propre, en accompagnant le développement du Championnat du monde de Formule électrique », a poursuivi Bernard Fautrier.

Laurence Tubiana, représentante spéciale du gouvernement français lors de la COP21, est la lauréate du Prix changement climatique 2016 (la Fondation attribue trois récompenses chaque année). Selon elle, la Fondation Prince Albert II a « tenu un rôle, à sa manière » dans la ratification de l’Accord de Paris.

« Elle a fait partie du mouvement de sensibilisation sur les effets du changement climatique et la nécessité d’agir rapidement. Parfois, la réflexion théorique et scientifique nourrit la réflexion politique. »

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *