La fondation Pierre Fabre lance un observatoire de la e-santé en Afrique et Asie

La fondation Pierre Fabre lance un observatoire de la e-santé en Afrique et Asie

Les désert médicaux ne sont pas qu’en Afrique et les meilleures pratiques de e-santé ne se trouvent pas qu’en Europe ou aux Etats-Unis. L’observatoire des meilleurs projets de santé numérique à travers l’Afrique et l’Asie que vient de lancer la fondation Pierre Fabre en donne la preuve.

Source : L’Usine-Digitale par Gaëlle Fleitour

Ce lundi 4 juillet, la fondation Pierre Fabre dévoilait une initiative unique au monde : un observatoire de la e-santé, recensant des initiatives digitales en faveur de la santé publique développées à travers l’Afrique et l’Asie. Application mobile pour suivre la santé des mères et de leurs enfants, carnet électronique de vaccination, téléconseil médical… Grâce aux enquêtes de terrain menées par des experts du numérique, le Catel et StartupBRICS, les cinquante projets les plus matures ont été sélectionnés au sein d’une base de données libre d’accès, dans l’espoir de valoriser les bonnes pratiques.

Certes, il reste du chemin à parcourir pour les pérenniser. « Leurs fondateurs ont des compétences souvent acquises dans les universités africaines et calquées sur le modèle d’excellence à la française, mais il faut leur apporter la culture du code et du design thinking, la compréhension des enjeux digitaux », observe Gilles Babinet, le Digital Champion de la France. Il a soufflé l’idée d’utiliser le digital à Béatrice Garette, la directrice générale de la fondation Pierre Fabre, dont l’ambition est d’améliorer l’accès aux médicaments et aux soins de qualité dans les pays les moins avancés. « C’est le meilleur rapport impact–coût et c’est très adapté aux pays émergents », confie-t-il.

Avant même l’idée d’un business potentiel à saisir, ces projets sont souvent nés d’histoires personnelles. Comme celle d’Adama Kane, le fondateur de la start-up Jokko$anté au Sénégal. Durant six ans, sa femme a enchaîné les fausses couches et les traitements, avant la naissance de leur enfant en 2013. […]

Lire la suite de l’article sur le site de l’usine-nouvelle.com

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *