Rennes : Quand les mécènes viennent au chevet des malades du CHU

Le fonds Nominoë a déjà permis la rénovation des plusieurs maisons des parents à l'hôpital Sud.

Le fonds Nominoë a déjà permis de lever deux millions d’euros en deux ans…

Source : 20 Minutes par Jérôme Gicquel

Tous les moyens sont bons pour financer la santé. A Rennes, le centre hospitalier universitaire a pris le virage du mécénat en 2014 en créant son propre fonds de dotation, baptisé Nominoë. Cet appel à la générosité a porté ses fruits puisqu’en deux ans, deux millions d’euros ont déjà été récoltés auprès de 400 mécènes et donateurs pour financer des projets au CHU.

« En créant ce fonds, nous ne nous sommes pas dit que nous allions révolutionner la recherche médicale ou trouver un médicament miracle. Il s’agit juste d’investir sur du long terme dans des projets concrets qui apportent une vraie aide médicale aux patients bretons », souligne Jean-Paul Legendre, ancien PDG du groupe de BTP éponyme et vice-président du fonds Nominoë.

La qualité des repas servis à l’hôpital pourrait s’améliorer

Cela s’est concrétisé en 2015 avec la rénovation de plusieurs maisons des parents pour accueillir les familles des enfants hospitalisés à l’hôpital Sud. D’ici la fin de l’année, ce sera une biobanque qui sortira de terre sur le site de Pontchaillou. « Cela permettra à terme de rassembler tous les échantillons biologiques des patients du CHU pour les mettre à disposition de la communauté scientifique », détaille Karim Boudjema, chef du service de chirurgie hépatobiliaire et digestive au CHU.

Une biobanque verra bientôt le jour au CHU Pontchaillou grâce notamment à l'apport financier du fonds Nominoë.

Une biobanque verra bientôt le jour au CHU Pontchaillou grâce notamment à l’apport financier du fonds Nominoë. – TOPOS ARCHITECTURE

D’autres projets sont également dans les cartons autour des questions du numérique et de l’alimentation à l’hôpital. « Nous allons travailler sur l’amélioration de la qualité des repas qui sont servis aux patients », glisse Karim Boudjema, sans en dire davantage.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *