Le sociofinancement participatif : Une option dynamique

La Ruche - courtoisie La Ruche, Christelle Coulombe

Pour une deuxième année consécutive, La Ruche offre aux étudiants, aux professeurs et aux chercheurs de l’Université Laval une plateforme de sociofinancement participatif entièrement gratuite pour mener à bien leurs projets.

Source : Impact Campus par Malika Schneider

« Depuis quelques années, la Fondation de l’Université Laval réfléchissait à mettre en place un outil de financement pour les étudiants qui soit gratuit. Le financement participatif était l’une des options qui s’offraient à nous », explique le chargé de communication et marketing à la Fondation de l’Université Laval, Dave O’Farrell.

Il y a plus d’un an, la Fondation a pris la décision d’encourager une entreprise locale qui était déjà implantée dans la région de Québec et qui promeut à la fois l’entreprenariat, le financement participatif et le développement d’idées.

Depuis novembre 2015, dix projets ont pu profiter de cette plateforme de sociofinancement gratuite pour récolter un total de 39 971 $ de la part des donateurs. « On est quand même très satisfait pour une première année d’utilisation », confie le chargé de communication et marketing, visiblement confiant quant aux prochains concepts.

Des projets dynamiques

Pour M. O’Farrell, avoir un dossier solide est important. Il faut que l’équipe ait une grande motivation pour mener une campagne de sociofinancement sur la Ruche et réussir à atteindre son objectif.

Il faut mettre un effort considérable dans la mise en place de la campagne sur le site de la Ruche, soutient-il. À ses yeux, il ne faut jamais arrêter de solliciter les gens sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et LinkedIn pour récolter les fonds nécessaires.

« Nous sommes la seule plateforme universitaire canadienne de sociofinancement qui permet d’offrir aux donateurs de vraies récompenses tangibles », souligne Dave O’Farrell. Il s’agit d’une mécanique financière plus difficile à mettre en place, sauf qu’une fois que celle-ci est assimilée, c’est très efficace. Les récompenses offertes par les différents projets peuvent davantage motiver les citoyens à contribuer au financement. D’ailleurs, les contributeurs peuvent obtenir des reçus de charité en contrepartie de leur don d’une valeur de 20 $ ou plus.

Projets différents, expériences différentes

La Sympathique Place Ouverte à Tous (SPOT) est un projet qui a atteint son objectif monétaire en utilisant le système de La Ruche. À elle seule, elle a attiré près de 247 donateurs pour un total de 18 108 $.

« On a toujours été emballé du début à la fin en ce qui concerne notre projet et notre collaboration avec la Ruche. C’est sûr que ça a été beaucoup d’efforts au niveau marketing. Il faut savoir que la campagne de sociofinancement était aussi une campagne pour faire découvrir notre projet », souligne le coordonnateur administratif du SPOT pour la deuxième édition, Kevin Mark.

Selon ce dernier, le sociofinancement par La Ruche a été une réussite en raison de la mobilisation de l’École d’architecture dans ce projet. « Quand un projet étudiant prend vie au sein de l’École d’architecture, l’ensemble de la communauté étudiante d’architecture se mobilise afin le réaliser», explique-t-il.

À l’opposé, le Festival de théâtre de l’Université Laval (FTUL) n’a pas vécu la même expérience quant à la réussite de son objectif initial, qui était de 2 500 $. Durant sa campagne de financement sur la Ruche, le FTUL n’a obtenu que 47 % de soutien de la part des donateurs.

L’ancien co-directeur du FTUL durant l’année 2015-2016, Émile Beauchemin, mentionne que c’était tout de même une expérience très enrichissante dans son ensemble. Il précise d’ailleurs que, grâce à ce procédé, le FTUL a été « appuyé par des professionnels du milieu artistique, ainsi que par plusieurs entrepreneurs d’expérience ». Il soutient que « tout ce qui a entouré le processus a été autant payant que la somme ramassée au final ».

La nouvelle co-directrice du FTUL pour l’année 2016-2017, Rosie Belley, trouve également cela « vraiment intéressant comme moyen de sociofinancement pour un premier lancement ou un premier démarrage ». À présent, elle soutient que son équipe et elle-même doivent davantage travailler sur la vente des billets pour leur évènement final plutôt que de compter sur des dons.

Une formation ouverte à tous

La Fondation de l’Université Laval offre une formation, un atelier-découverte pour ceux et celles qui sont intéressés à en apprendre davantage sur le fonctionnement de la plateforme  La Ruche – Université Laval . « C’est une formation qui est ouverte à tous », mentionne Dave O’Farrell, qui sera d’ailleurs présent lors de cet atelier en compagnie d’une personne clée de La Ruche Québec pour expliquer les avantages de l’utilisation d’une telle plateforme.

L’événement aura lieu le 27 septembre 2016 à 13h30 à l’amphithéâtre Hydro-Québec, salle 2530, dans le Pavillon Alphonse-Desjardins. Pour plus d’informations sur l’évènement, cliquez ici.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *