Avec la Fondation de l’Avenir, le financement de la recherche médicale va exclusivement à la recherche médicale

Face à la baisse des crédits alloués par l’Etat, la tentation peut être grande d’affecter une partie de la dotation d’un projet de recherche au « profit » du budget général de l’hôpital. Nous n’avons pas de jugement à porter ; par contre, il nous semble important de rappeler que la Fondation de l’Avenir a choisi, voilà presque 30 ans, que 100% de son soutien financier soit consacré à la recherche.

Source : Miroir Social par Dominique Letourneau

Depuis 1992, l’Etat a donné aux équipes hospitalières des CHU un levier de financement supplémentaire et significatif avec le Programme Hospitalier de Recherche Clinique (initiative que l’on doit au Professeur Félix Reyes; le PHRC soutient des projets qui ont un impact direct sur la prise en charge des patients, diagnostic et thérapeutique).

Dans une tribune récente sur le site du journal Le Point, le professeur Didier Raoult, spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes à la faculté de médecine de Marseille, s’élevait contre ce qu’il estime un « détournement » de ces fonds dont une partie n’irait plus à la recherche mais au budget de fonctionnement de l’hôpital.

La Fondation de l’Avenir, attentive au financement de la recherche médicale française, a déjà eu l’occasion de souligner l’utilisation qui pouvait être faite des fonds normalement dédiés à la recherche.

Surtout, la Fondation veille au respect d’une exigence particulière : que l’argent de la recherche aille au projet du chercheur et non dans une case « frais de gestion » ou à toute autre utilisation éloignée.

La sélection des projets que nous accompagnons se base sur l’expertise indépendante de notre conseil scientifique. Cette instance est garante de la qualité des projets, de leur cohérence budgétaire et de la déontologie médicale. Par son avis argumenté, le conseil scientifique permet au directoire de la Fondation de se prononcer sur la pertinence de soutenir les dossiers présentés, notamment dans le cadre de l’appel à projets en recherche médicale (près de 15 millions en 10 ans).

Une fois leur projet sélectionné et leur budget validé, les chercheurs bénéficient de financements dans le cadre d’une convention (établie pour une durée de 12 à 18 mois), signée avec chaque établissement (CHU, Inserm, CNRS…) auquel est rattaché le directeur de projet.

La prise en charge des dépenses s’effectue uniquement sur présentation des factures correspondantes et durant la période couverte par la convention dont la Fondation s’acquitte directement, sans prendre part aux rouages administratifs.

C’est le moyen le plus efficace pour vérifier de l’utilisation des fonds et de l’avancée des projets soutenus, pour rendre compte à nos 60 000 donateurs et nos 50 partenaires.

La communauté de chercheurs que nous soutenons nous témoigne régulièrement sa satisfaction quant au mode de financement de leurs projets. Il ne se traduit pas par une couche bureaucratique supplémentaire, mais au contraire il vise l’efficacité sur la base de règles partagées.

Notre leitmotiv, c’est d’être utile. Commencer par être utile aux chercheurs, c’est la première étape pour être utile aux malades.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *