Polytechnique relance une campagne de collecte de fonds

La prestigieuse école d’ingénieurs compte lever 80 millions d’euros en cinq ans. L’objectif est déjà atteint à 35 %.

Source : Les Échos par Marie-Christine Corbier

Dans le grand hall de Polytechnique, il y a désormais deux murs prêts à accueillir les petites plaques en plexiglas des généreux donateurs. La prestigieuse école d’ingénieurs vient de lancer sa deuxième campagne de collecte de fonds. Elle se donne cinq ans pour recueillir 80 millions d’euros auprès des particuliers et des entreprises. L’objectif est donc supérieur à celui de la première campagne qui, entre 2008 et 2013, avait permis au président du comité de levée de fonds, Claude Bébéar, de recueillir 35,2 millions d’euros.

L’Ecole s’est inspirée des méthodes américaines : une campagne silencieuse a été lancée il y a deux ans pour amorcer la collecte. Elle a déjà permis de recueillir 30 millions d’euros, soit 35 % de l’objectif, indique Xavier Huillard, PDG de Vinci et successeur de Claude Bébéar. Sur ce montant, 10 millions sont venus des entreprises et 20 millions sont issus de dons de particuliers, parmi lesquels celui de Patrick Drahi, proche des 10 millions d’euros.

Envers les entreprises et les particuliers

« Le but de la campagne est de soutenir l’évolution de l’Ecole, précise Denis Ranque (Airbus Group), président de la fondation de l’Ecole polytechnique. Nous avons la chance d’avoir une tutelle qui nous soutient bien. Mais la fondation se devait d’accompagner le principal actionnaire. » En décembre 2015, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’était engagé à soutenir l’X à hauteur de 60 millions d’euros sur cinq ans. L’initiative avait fait grincer des dents, dans un contexte budgétaire serré pour les universités.

Pour atteindre les 80 millions d’euros, l’Ecole lance une campagne conjointe envers les entreprises et les particuliers. Elle a élargi ses donateurs potentiels par rapport à 2008 en ciblant 27.000 personnes « de la communauté polytechnicienne » qui vont des diplômés du cycle ingénieur aux étudiants ayant suivi un master ou un bachelor et à ceux passés par la formation continue. « Durant la première campagne, nous avions convaincu 12 % de la communauté polytechnicienne de faire un don. L’objectif est, cette fois, d’en toucher 20 % », indique Xavier Huillard.

Changer les mentalités

Les dons doivent financer une vingtaine de projets portant sur l’enseignement et la recherche, l’entrepreneuriat et l’innovation et l’ouverture mondiale de l’Ecole. Les projets soutenus vont du Big Data appliqué à la santé à l’accueil de professeurs étrangers de renommée mondiale en passant par le financement de bourses pour des étudiants désireux de créer une entreprise en lien avec la Silicon Valley.

Cette campagne suppose de changer les mentalités, car en France la collecte de fonds est encore balbutiante. Avec 80 millions d’euros, on est loin des 36… milliards de dollars recueillis par Harvard, admet Xavier Huillard, mais la célèbre école a, en la matière, « un siècle d’avance ». Le président de Polytechnique, Jacques Biot, s’attelle d’ailleurs à développer la pratique du don auprès des jeunes qui entrent à l’X. « On explique aux élèves qu’ils ne sont pas là que parce qu’ils sont brillants et que la République leur doit tout, mais qu’ils ont des responsabilités vis-à-vis de leur Ecole et des générations futures », indique-t-il. « La révolution est aussi à faire dans la culture des anciens, complète Denis Ranque. Avant, l’ambition des polytechniciens était d’entrer au service de l’Etat et non de créer une PME ou une start-up. La prise de risque est plus présente que par le passé. »

Le « fundraising », une pratique encore balbutiante

En se fixant un objectif de collecte de fonds de 80 millions d’euros auprès des particuliers et des entreprises, Polytechnique fait figure de pionnière. Dans un rapport publié fin 2015 pour la Conférence des grandes écoles, l’ex-président de l’X, Xavier Michel, évoquait ainsi « l’extrême jeunesse des établissements en matière de « fundraising » ». Selon ce rapport, seuls 53,9 millions d’euros avaient été collectés au titre du mécénat en 2013. Une somme à répartir entre les 54 grandes écoles qui avaient répondu à l’enquête et qui révélait que les cinq plus grandes d’entre elles s’octroyaient 75 % (40,7 millions) du total. Loin du 1,55 milliard d’euros levé par les établissements britanniques en 2012.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/0211528646081-polytechnique-relance-une-campagne-de-collecte-de-fonds-2045429.php#wApyRH8E04IJ87cx.99

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *