Comment répartir le budget entre recherche fondamentale et recherche appliquée ?

Chaque détail du vivant mérite qu’on lui porte intérêt. Mais alors, quels sont les critères déterminants pour allouer du temps et de l’argent à une étude plutôt qu’à une autre ?

Source: Le Monde 

Chacun à sa manière, les chercheurs en biologie déchiffrent le fonctionnement du vivant, le tout formant un portrait le plus global possible. Pourtant, paradoxalement, la réalité d’un projet de recherche n’a souvent rien de global mais s’enfonce au contraire rapidement dans le détail extrême : la phospho­rylation d’une lysine en position 109 de telle protéine, le changement de régime alimentaire de l’accenteur mouchet en période nuptiale, le nombre de boutons synaptiques de telle jonction neuromusculaire chez le criquet pèlerin en captivité. Difficile de voir grand avec cette approche fragmentée du vivant ! Difficile également de choisir quoi étudier et quels projets financer.

Les chercheurs et les agences qui financent leurs recherches utilisent la notion un peu floue de pertinence comme critère de sélection des projets scientifiques. La pertinence mesure l’impact d’un projet, l’avancée des connaissances qu’il a permise. En somme, elle répond à cette lancinante question : à quoi ça sert ?

« Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir »

A posteriori, il est toujours plus facile de répondre. Il était pertinent de s’intéresser aux enzymes…

 

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *