Que nous réserve la Fondation Galeries Lafayette ?

Depuis quelques années, les fondations d’art fleurissent en France. En septembre prochain, la Fondation Galeries Lafayette ouvrira ses portes à Paris. En quoi sera-t-elle différente des autres ?

Source: RTL

De grands projets artistiques vont voir le jour cette année. Une des institutions les plus attendues est la Fondation Galeries Lafayette qui ouvrira ses portes en septembre prochain, 9 rue du Plâtre dans le IVe arrondissement de Paris. Si vous vous promenez dans le quartier du Marais à quelques pas du centre Georges Pompidou vous tomberez, rue du plâtre, sur ce bâtiment de trois étages qui date de 1891. Il fut jadis un dispensaire, puis une école de jeunes filles, puis un magasin, lieu de stockage du BHV. Il est aujourd’hui en travaux de réhabilitation, menés par l’architecte néerlandais Rem Koolhas, considéré comme un des 10 architectes les plus importants au monde. On a du mal à imaginer en voyant le bâtiment de l’extérieur, mais derrière cette façade très sobre va bientôt prendre place une des fondations d’art les plus innovantes du moment.

Un lieu de vie

« On va arriver par une grande porte dans cette bâtisse typique de l’architecture industrielle de la fin du XIXe siècle, explique son directeur artistique, François Quintin. Le public va entrer dans cet espace de vie où il pourra boire un coup, manger un morceau, prendre son ticket pour aller voir les expositions en cours (…). Là il s’agit vraiment d’un lieu de vie, d’un lieux où les gens pourront échanger, s’exprimer, participer, et un lieu dans lequel on aura plaisir à revenir »

Un lieu d’innovation architecturale aussi. Car si Rem Koolhas n’a pas touché à la façade de l’immeuble, il a eu l’idée judicieuse de construire dans l’ancienne cour de ce bâtiment, une cage de verre de 18 mètres de haut. Avec un goût de la provocation, il se vante d’avoir construit une tour dans le Marais. Cette grande cage de verre a quatre planchers mobiles qui permettent une dizaine de combinaisons possibles pour exposer des œuvres. L’effet est superbe. Du rez-de-chaussée, on a l’impression que les œuvres sont en apesanteur au milieu de la tour transparente.

Du mécénat sur mesure

Il existe déjà de nombreuses fondations, comme la Fondation Vuitton ou la Fondation Cartier à Paris ou même la Fondation Maeght à Saint Paul de Vence ou le Fonds Leclerc à Landernau. Des lieux, et il y a des centaines d’autres en France, qui sont principalement des lieux d’exposition d’œuvres contemporaines ou modernes. La fondation Galeries Lafayette a vocation à participer à la production des œuvres d’art. Financièrement, techniquement, intellectuellement. Et pas seulement des artistes français. Ils viendront des 4 coins du monde, mais ce ne seront pas des débutants, pas non plus des stars, mais des artistes reconnus par leurs pairs, par la critique, et qui ont besoin d’aide pour franchir une nouvelle étape dans leur recherche.

Le comité scientifique de la Fondation reçoit les dossiers, et selon l’intérêt que suscite leur projet, la fondation les aide à le réaliser. Designers, couturiers, vidéastes, performeurs, plasticiens, la Fondation a déjà aidé à produire une vingtaine de projets, parmi lesquels celui de cet artiste germano-norvégien, Yngve Holen, qui voulait découper une Porsche Panamera en 4. Le problème, c’est comment couper une Porsche en 4 sans tout détruire à l’intérieur. François Quintin a trouvé à la fois les moyens techniques et financiers pour réaliser ce qui relève de l’exploit technique : le fil à couper le beurre. Le résultat est fascinant. Les entrailles d’une Porsche, c’est un tableau.

La Fondation a prévu plein d’autres projets de cette envergure et pour les réaliser, certains artistes vont résider sur place le temps de la production de leurs œuvres, deux jours, six mois, c’est du mécénat sur mesure. Il y a des ateliers au sous-sol, inaccessibles au public, mais toutes les œuvres produites par la Fondation seront exposées dans les étages. C’est l’originalité de l’entreprise. Rendez-vous donc au 9 rue du Plâtre dès septembre prochain. La fondation Galeries Lafayette a un budget de fonctionnement de 21 millions d’euros sur 5 ans et elle prévoit 100.000 visiteurs par an. 

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *