Pourquoi l’Université Côte d’Azur lance sa fondation

Le président de l’UCA et de la Fondation unissent leur force pour plus de puissance universitaire.

Plus de trois cent cinquante convives à son gala de lancement, les plus éminentes personnalités du monde économique et académique azuréen réunies… La Fondation de l’Université Côte d’Azur n’est pas encore tout à fait née qu’elle attire déjà. Mais à quoi sert-elle ?

Source: Nice matin

En 2010, l’Université Nice Sophia-Antipolis créait sa fondation universitaire UNICE pour permettre, grâce aux dons, de financer des projets de recherche selon cinq axes principaux : l’excellence académique, la création d’entreprise et l’insertion professionnelle, l’innovation et la recherche et développement, l’égalité des chances et le patrimoine.

Aujourd’hui, la fondation UNICE est identifiée comme l’interface permettant à l’ensemble des acteurs locaux (collectivités, particuliers, universitaires) de se retrouver autour de projets communs.

DANS LA CONTINUITÉ DE L’IDEX

En 2015, pour donner plus de puissance à l’université et la recherche azuréennes, l’Université Nice Sophia-Antipolis et douze établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche se sont associés et créé l’Université Côte d’Azur (40.600 étudiants, 3.300 enseignants chercheurs, 1.800 administratifs et plus de 250 formations).

Union sacrée qui a permis grâce au soutien du privé de décrocher le label Initiative d’excellence (l’Idex) en 2016 et de bénéficier du programme d’investissements d’avenir, un total de 58 millions injectés sur quatre ans dans la recherche, la formation et l’innovation sur le territoire azuréen.

« On voit bien le changement se dessiner. Pour accompagner le mouvement, il fallait que la Fondation universitaire change aussi d’échelle ».

SOUS FORME PARTENARIALE

La nouvelle Fondation UCA reprend dans son champ d’action les cinq axes de la Fondation Unice, mais cette fois sous forme partenariale.

« Nuance légale qui permet de doter la fondation d’une personnalité morale de droit privée, d’avoir un conseil d’administration autonome dans sa prise de décision, d’avoir son propre budget, de faciliter le recrutement de personnel et d’avoir un circuit de procédures administratives et comptables court ».

Sous cette forme, les fondateurs s’engageront à un programme d’actions pluriannuel d’au moins 150 K sur cinq ans.

Démarrage officiel en mars.

 

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *