LE NAMING, UNE TENDANCE EN VOGUE QUI ALLIE MÉCÉNAT ET MARKETING

[ÉCLAIRAGE] Le naming, une tendance en vogue qui allie mécénat et marketing

Télécom ParisTech recourt au naming pour collecter des fonds destinés à financer les équipements de ses nouveaux locaux. Cette technique, qui consiste à baptiser une infrastructure du nom de son donateur, est de plus en plus pratiquée.

Source: carenews

Le naming, une question d’image et de marketing

Les amphithéâtres des universités portent habituellement le nom de personnes illustres, généralement des scientifiques ou les fondateurs de l’école. Un nouveau concept est en train de se développer depuis plusieurs années : le naming. Son principe est simple. Une organisation qui souhaite construire ou rénover un bâtiment propose à ses grands donateurs d’inscrire leur nom sur une partie ou la totalité de leur infrastructure. Il peut s’agir d’un stade, d’un centre culturel, d’une université ou d’une salle de classe. Cette technique permet aux porteurs de projet de lever davantage de fonds et de récompenser les donateurs les plus généreux en affichant leur nom pour une période préalablement établie, à vie ou pendant plusieurs années.

Télécom ParisTech adhère au naming à la carte

En 2019, Télécom ParisTech déménagera. Bien que la construction des futurs locaux soit financée par les fonds publics, l’école d’ingénieurs a besoin de 5 millions d’euros pour acheter des équipements et embaucher du personnel. Si vous réalisez un don de 350 000 euros, vous pourrez donner votre nom à un amphithéâtre de l’école. Il vous faudra débourser un peu moins pour voir votre nom affiché à l’entrée d’une salle de cours (200 000 euros) ou un espace de travail (100 000 euros). D’autres établissements prestigieux tels que l’école polytechnique et la Fondation Supélec utilisent eux aussi le naming pour booster leurs levées de fonds.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *