L’Institut de Recherche sur le Cancer de Lille s’est doté d’un équipement de pointe de recherche

L’Institut pour la Recherche sur le Cancer de Lille (IRCL) fait l’acquisition d’un équipement de pointe pour la caractérisation des cellules cancéreuses : le cytomètre spectral.

Petit par la taille, grand par l’avancée technique. Les espoirs qui reposent sur le cytomètre spectral, produit par la société multinationale japonaise SONY, sont énormes.

La levée de verrous technologique a permis à l’Institut pour la Recherche sur le Cancer de Lille (IRCL) d’installer cet appareil innovant dans ses locaux, au sein même du Plateau de Cytométrie et de Tri Cellulaire de l’Université de Lille.

Mener cette action contre le cancer est une nécessité, déclare Xavier VANDENDRIESSCHE, président de l’Université de Lille. La recherche sur la santé a toujours occupé une place importante au sein de la Fondation. La pression sur les chercheurs est considérable car nous attendons des résultats !

Et c’est tout l’objectif à atteindre que partenaires et mécènes se sont fixés avec leur nouvel équipement de recherche de pointe : avoir des résultats.
Une technologie innovante

Le cancer est la première cause de mortalité en France avec près de 400 décès par jour, notamment à cause de la survenue de récidives infaillibles face au traitement. Les possibilités avec le cytomètre spectral sont multiples.

Les chercheurs de l’Institut pour la Recherche sur le Cancer de Lille tenteront désormais de mieux comprendre les mécanismes conduisant aux récidives, de réfléchir et de mettre au point de nouvelles approches pour mieux les détecter et les combattre, mais aussi développer des microsystèmes innovants pour l’isolement et l’étude des cellules tumorales.

Des cytomètres spectraux comme celui implanté à Lille, il en existe que 6 en France dont celui de l’IRCL. Son installation dans la région a été possible grâce au partenariat établi entre l’Université de Lille, l’IRCL et leurs mécènes ; la Fondation d’entreprise Crédit Agricole Nord de France, l’association Le Maillon et un certain nombre d’associations philanthropiques telles que les Chevaliers du XXe siècle et La Bouée bleue.
« Cet investissement est un investissement clé. Rendre cet appareil opérationnel s’est fait assez rapidement au vu des contraintes rencontrées et des délais assez brefs », a tenu à souligner le représentant de la Fondation d’entreprise Crédit Agricole Nord de France, qui a d’ailleurs investi 36 000 euros dans l’acquisition du cytomètre spectral.
Analyser la diversité des cellules tumorales

« L’appareil n’est pas très gros mais c’est un concentré de technologies. Il est capable de reconnaître des personnes diverses à partir de leurs cellules et de différencier celles-ci. Le cytomètre spectral est beaucoup plus sensible que ceux que nous avons aujourd’hui à l’IRCL et qui font partie de l’ancienne génération », explique Pierre Formstecher, directeur de l’IRCL.

Progrès majeur dans la recherche, les applications de l’appareil sont également nombreuses, tant en recherche que pour l’amélioration du diagnostic et du traitement des cancers. Mais son champ d’applications est bien plus large que cela. Les équipes de recherche de l’Université de Lille et du CHU de Lille pourront « étudier la diversité des cellules immunitaires et de mieux comprendre leur implication dans diverses pathologies », telles que les maladies inflammatoires, le diabète et les maladies cardiovasculaires.

Source : ACTU

Ce contenu a été publié dans Recherche, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *