Cinquante et un mécènes pour un futur phare de la culture

La ville organisait, ce samedi, une visite de chantier pour les donateurs de la Ferme Bocquiau. La grande ferme à l’architecture régionale typique dont l’origine date du XVe siècle est en cours de réhabilitation. L’inauguration est prévue le 7 octobre.

Cinquante et un mécènes ont participé au financement des travaux. Des particuliers et des entreprises dont les représentants ont pu, ce samedi matin, admirer la qualité des bâtiments rénovés. L’inauguration est prévue pour le 7 octobre. Et s’il reste encore beaucoup à faire aux yeux de ceux qui suivent avec minutie le déroulement du chantier, le travail de restitution des charpentes remontées à l’ancienne, des murs de briques en nid d’abeilles et de la galerie qui réunit les anciennes étables en autant de futurs ateliers dédiés à des activités culturelles, avait de quoi réjouir le regard.

« J’ai voulu que vous preniez conscience du miracle accompli grâce à vos dons, car la ferme était en perdition », déclarait le maire, Bernard Delaby, en s’adressant aux souscripteurs pour lesquels cette visite avait été organisée. Un mécénat populaire qui doit être abondé par la Fondation du patrimoine et accompagné des subventions de la MEL, du Département, de la réserve parlementaire du député Huyghe, pour financer un projet de plus de 5 millions d’euros.

Des archives de 1466

La ferme, dont les premiers actes retrouvés dans les archives remontent à 1466, a été acquise par la ville en 2007. Bernard Delaby, qui a rappelé que le dossier de rénovation avait été lancé il y a sept ans, s’est réjoui de voir perdurer dans le temps une œuvre rendue possible par la mobilisation de financement public et privé. Un ensemble patrimonial qui deviendra lieu de culture : « Dans ce lieu à travers les spectacles et les cours entre divertissement et apprentissage, c’est l’homme qui grandit, la pensée qui s’élève. »

LES DONS TOUJOURS POSSIBLES

Donatrice avec son époux, Stéphane, Gwennaelle, n’aurait manqué pour rien au monde la visite de la ferme du Bocquiau. Cette postière, mère de deux enfants a donné sa quote-part pour la réalisation «  d’un beau projet culturel  ». Stéphane venait d’ailleurs avec son fils voir régulièrement l’avancée des travaux. Il espère que l’école de musique trouvera sa place dans le bâtiment.

Jean-Louis est donateur par amour des belles pierres. C’est en amateur d’architecture du XVIIIe siècle qu’il participe à la sauvegarde du patrimoine haubourdinois.

Des citoyens donc, mais aussi des élus ont cassé leur tirelire pour soutenir le projet. C’est le cas de nombre de conseillers municipaux notamment.

Les dons sont d’ailleurs toujours possibles pour participer au financement de ce projet. La souscription prend fin en juillet.

Source: LA VOIX DU NORD

Ce contenu a été publié dans Entreprise et mécénat, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *