Hulot s’éloigne de sa fondation et des produits Ushuaïa

Un décret paru au Journal Officiel, ce vendredi, indique que le ministre de la Transition écologique s’éloigne des activités concernant sa fondation et les cosmétiques Ushuaïa.

Le ministre de la Transition écologique va se tenir à l’écart de sa fondation, ainsi que de ses activités concernant le «développement», la «fabrication» et la «commercialisation» de produits cosmétiques, d’après un décret paru ce vendredi au Journal Officiel à la demande du ministre.

En juillet dernier, Le Canard Enchaîné avait pointé le montant des royalties que touche Nicolas Hulot – via sa société «Eole Conseil» dont il était le seul salarié et dont il détiendrait 99,9% des parts – sur la commercialisation de produits (gels douche, shampooings…) de la marque Ushuaïa, elle-même détenue par le groupe TF1. Cette marque prête régulièrement sa licence à de grandes marques telles que L’Oréal ou encore les opticiens Atoll.

L’hebdomadaire satirique avait révélé que l’ex-animateur de la chaîne privée avait perçu de sa société près de 290.000 euros de salaires pour l’année 2013, auxquels s’ajoutait un dividende de 66.000 euros. Créée en 1990, «Eole» aurait au total accumulé près de 3 millions d’euros de fonds propres. Et pour l’année 2016, Nicolas Hulot a déclaré le 19 juillet dernier à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP) avoir perçu près de 248.000 euros de salaires de sa société Eole Conseil.
Risque de conflits d’intérêts

Toutefois, depuis le 16 mai, Nicolas Hulot a abandonné – sur conseil de l’Élysée selon Le Canard Enchaîné – la gérance de cette SARL pour la transformer en une société à actions simplifiées. Un autre geste prémisse de l’éloignement du ministre de son ONG est le changement de nom de la fondation Hulot le 28 juin dernier: elle avait été rebaptisée «Fondation pour la nature et l’homme» depuis l’arrivée de l’ancienne journaliste de CNews Audrey Pulvar à sa présidence.

En juillet dernier, Le Canard Enchaîné avait également pointé du doigt les entreprises mécènes de la fondation à propos des risques de conflits d’intérêts qu’elles pouvaient exercer sur la fonction ministérielle de Nicolas Hulot: de grandes entreprises françaises telles que Veolia, Bouygues Télécom, L’Oréal ou encore EDF contribuent chaque année au financement de la fondation. Selon l’hebdomadaire, l’opérateur énergétique versait jusqu’en 2012 près de 460.000 euros à l’ONG, avant de réduire ensuite le montant à 100.000 euros tous les douze mois. «Quand j’étais président de la Fondation, ma liberté de parole n’a jamais été mise en cause et n’était pas forcément copiée-collée avec les visions des entreprises concernées», se défendait Nicolas Hulot en juillet dernier sur BFMTV après l’annonce de la nomination d’Audrey Pulvar. «À fortiori maintenant que je n’ai plus rien à voir avec ça, je pense que ma liberté de parole et d’action ne va pas être entravée», poursuivait-il.

Créée en 1990 par Nicolas Hulot, la fondation reconnue d’utilité publique depuis 1996 se consacre à la sensibilisation et à l’éducation de l’opinion publique sur les questions écologiques et environnementales. Elle s’appuie également sur son propre Conseil scientifique pour tenter d’apporter sa vision aux décideurs politiques dans le monde.
Des cosmétiques Ushuaïa pas toujours très écolos…

Pourtant associés aux valeurs écologistes que véhiculent l’ancienne émission Ushuaïa Nature sur TF1 (diffusée entre 1998 et 2012) et la chaîne payante Ushuaïa TV (détenue par TF1), certains cosmétiques Ushuaïa ont pouurtant été pointés du doigt ces dernières années car ils comportent des composants chimiques jugés dangereux. En 2005, l’ONG écologiste Greenpeace avait déjà classé sur «liste rouge» des produits de la marque. Plus récemment, c’est un hors-série de juillet-août 2016 du magazine 60 Millions de consommateurs qui a mentionné trois produits, dont un déodorant, de la marque Ushuaïa: ils contenaient une substance soupçonnée d’être un perturbateur endocrinien.

SOURCE : LE FIGARO

Ce contenu a été publié dans Fondations, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *